Le LuxLeaks, preuve qu'on peut éviter de "vider les poches des travailleurs"

La secrétaire générale de la CSC Marie-Hélène Ska était l'invitée de Matin Première ce jeudi
La secrétaire générale de la CSC Marie-Hélène Ska était l'invitée de Matin Première ce jeudi - © Tous droits réservés

Des dizaines de milliers de personnes vont clamer leur "non" aux mesures du gouvernement ce jeudi, jour de manifestation nationale. Le chiffre de 100 000 manifestants est avancé, mais Marie-Hélène Ska, la secrétaire générale de la CSC, refuse de se focaliser "sur un chiffre ou sur un autre". Pour elle, l'important est de protester contre l'addition imposée au citoyen. Elle assure que le gouvernement pourrait trouver un autre moyen de remplir ses caisses qu'en puisant "dans les poches des travailleurs et des allocataires sociaux", surtout au moment où sont dévoilés de colossales évasions fiscales de grosses entreprises vers Luxembourg.

"La mobilisation est d’importance, et est aussi le fait d’énormément de personnes qui n’avaient jamais pris part à des manifestations, mais qui se disent que maintenant la coupe est pleine", déclarait Marie-Hélène Ska au micro de Matin Première ce jeudi, avant de rejoindre les rangs des manifestants.

La secrétaire générale de la CSC rappelle que leur "souci principal" est de dire que "le logiciel sur lequel le gouvernement s’est basé est un logiciel économique qui ne fonctionne pas"Et de renvoyer au LuxLeaks, ces révélations de "milliards et de milliards d'euros d’évasions fiscales au Luxembourg" publiées sur de nombreux sites ce jeudi matin. Pour elle, c’est "une véritable provocation alors que le gouvernement nous annonce aujourd’hui 11 milliards d’euros à aller chercher dans la poche des travailleurs et des allocataires sociaux, et tout cela alors qu’on vient de connaître 22 milliards d’économies dans l’ensemble des secteurs".

"90% de la population contraints à un régime sévère": Quid du reste?

Marie-Hélène Ska voit dans ces révélations d’évasions fiscales colossales comme la preuve qu’on peut trouver de l’argent autrement. "Il est parfaitement scandaleux que dans l’accord de gouvernement, la justice doive diminuer les moyens dont elle dispose alors qu’elle est déjà quasi indigente aujourd’hui, que le fisc n’ait même plus les moyens de faire des contrôles de base, alors même que l’on voit des constructions fiscales extrêmement sophistiquées payées par des avocats privés au service de quelques grandes fortunes", clame-t-elle avant d'ajouter qu'"il est totalement injuste que l’essentiel des moyens disponibles soient concentrés chez une poignée de personnes et d’entreprises alors que plus de 90% de la population sont contraints à un régime sévère".

Mercredi, le PS chiffrait une perte de 336 euros net en moyenne en conséquence des mesures du gouvernement Michel. Le ministre des Finances N-VA Johan Van Overtveldt a concédé une baisse du pouvoir d’achat, estimant qu’une perte de 25 euros par mois, ce n’était "pas amusant, mais vraiment pas dramatique".

La rencontre avec Charles Michel était "protocolaire"

"C'est un témoignage de plus du mépris de certains par rapport à l’addition qui va être présentée aux travailleurs", commente Marie-Hélène Ska. "Il y a non seulement l’effet de 2% de saut d’index, mais aussi la suppression des crédits-temps non motivés, le recul de l’âge de la retraite, la diminution des allocations de chômage y compris pour les travailleurs en chômage temporaire…" Bref, pour la secrétaire générale de la CSC, "le recul du pouvoir d’achat va se cumuler, et aucune perspective n’est offerte aux jeunes".

Résultat: "Je ne sais pas aujourd’hui avec qui il faut parler au gouvernement", dit-elle. Confirmant avoir rencontré le Premier ministre qui a "enfin invité la CSC pour faire sa connaissance", elle affirme aussi espérer "que nous serons un peu plus que dans des rencontres protocolaires, et qu’il y aura du contenu à négocier".

Marie-Hélène Ska déclare aussi que la CSC ne refusera pas la concertation sociale, "mais nous ne discuterons du menu que s’il est sérieux", conclut-elle.

Germain Renier

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK