Jean Hindriks (UCLouvain): "Au fédéral, on avance d'un pas, on recule d'un pas"

Professeur d’économie à l’UCL, Jean Hindriks est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 27 avril sur La Première et ce dimanche 28 avril sur La Trois. Coauteur du livre « Un projet pour la Belgique » (Institut Itinera), il dresse le bilan des différents exécutifs.

Wallonie

Vendredi, dans Matin Première, Willy Borsus, ministre président de la Wallonie, affirmait diriger le gouvernement wallon le plus vert de l’histoire de la Région wallonne. Jean Hindriks tempère : « C’est du greenwashing. Il faut attendre des résultats. Il est encore trop tôt ». Pour l’économiste, la santé représente un secteur d’avenir majeur. « Avec le vieillissement de la population, c’est un secteur dans lequel il faut investir ».

Bruxelles

Concernant Bruxelles, le problème majeur est encore et toujours la mobilité, selon lui. « Le monde politique veut en sortir, mais le nœud de nos institutions l’en empêche. Et ce problème impacte la productivité de la Région bruxelloise. Le PIB de Bruxelles chute ». Par ailleurs, Jean Hindriks estime que les hôpitaux bruxellois se livrent une concurrence contre-productive. « Au lieu que chacun achète son matériel, pourquoi chaque hôpital ne se spécialise-t-il pas et partage ensuite ses ressources ? »

FWB

En Fédération Wallonie-Bruxelles, il souligne la persévérance de la ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns, concernant le pacte d’excellence. « Il y a une urgence absolue pour l’enseignement. Trois enfants sur quatre sont en échec. La locomotive doit accélérer quitte à perdre des wagons ». Il ajoute que notre enseignement est à ce jour l’un des plus inégalitaires de l’OCDE. « La réussite se fait encore par héritage ».

Fédéral

Au niveau fédéral, le mot d’ordre du gouvernement Michel était « jobs, jobs, jobs ». Jean Hindriks confirme un résultat remarquable en termes d’emplois. Il n’en est rien pour la santé. « La ministre de la Santé (Maggie De Block) a beau avoir ouvert beaucoup de tiroirs tabous, elle n’a pas été au bout de la plupart de ses réformes. La fusion des hôpitaux est un échec ». Et d’ajouter : « La réforme des pensions n’a pas avancé. Idem pour la transition énergétique. On a surtout créé beaucoup d’insécurité dans l’esprit des gens et de frayeur ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK