Le gouverneur du Brabant flamand annule le projet de registre linguistique à Crainhem

Le gouverneur de la province de Brabant flamand, Jan Spooren a annulé le projet du conseil communal de Crainhem de créer un registre linguistique.

Le conseil communal a décidé à la fin du mois de mars de mettre en place un registre linguistique alimenté des noms des résidents qui pouvaient ainsi indiquer s'ils souhaitaient être assistés dans les documents officiels en français pour les quatre prochaines années. Selon le gouverneur, c'est contraire à la législation linguistique.

Illégales

Après que le conseil communal eut décidé de mettre en place un tel registre, une plainte a été déposée par le président de la section locale de la N-VA, Joost Vanfleteren, auprès de l'exécutif provincial. 

"La mise en place d'un registre linguistique et la distribution de feuillets bilingues sont illégales et dégradent les communes à facilités en communes bruxelloises bilingues, où la préférence linguistique est enregistrée dans des fichiers. C'est inacceptable", a jugé le mandataire N-VA.

Le gouverneur de la province l'a suivi sur cette voie. Il ressort, selon celui-ci, de la législation linguistique, et plus particulièrement des circulaires récentes, que la tenue d'un registre n'est pas autorisée. 

Les habitants d'une commune néerlandophone dotée de facilités qui souhaitent recevoir des documents en français ou être assistés en français par des organes administratifs doivent le signaler à chaque fois. Une personne ne peut pas dire une seule fois pour les quatre prochaines années qu'elle veut être servie en français, a-t-il justifié.

On ignore pour le moment si la commune de Crainhem fera appel de la décision de la province.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK