Le gouvernement wallon fier de sa résistance à la crise

Selon les données évoquées par le gouvernement, la Wallonie aurait enregistré dans l'année de crise 2009 une croissance négative de -3,1%, pour -3,4% à la Flandre. Quant aux perspectives de croissance 2009-2015, elles sont en moyenne de 2,3% en Flandre, pour 2,2% en Wallonie et 2% à Bruxelles. La moyenne enregistrée de 2002 à 2008 était de 2,1% en Flandre, 1,7% en Wallonie et 1,9% à Bruxelles.

Toujours selon les chiffres gouvernementaux, le taux d'emploi wallon est passé de 55,1% à 57,2% de 2004 à 2008. Cette augmentation est comparable à celle qu'a connue la Flandre (+2,1%). Cela représente une augmentation de plus de 70 000 unités en Wallonie sur la période 2004-2009.

La Région wallonne a enregistré pendant la période 2005-2010 un accroissement de 14,6% du nombre de nouvelles sociétés (10,4% en Flandre) et un solde général positif de 3057 entreprises en termes de mouvements migratoires des entreprises commerciales entre régions. Les exportations ont crû de 7,2% de début 1996 à fin 2010 et au cours de la dernière décennie (2000-2009), 6,37 milliards d'euros ont été injectés dans l'économie wallonne par des investisseurs étrangers, créant 17 637 emplois directs.

Pour sa part, le ministre de l'Emploi, André Antoine (cdH), s'est réjoui du succès des mesures Marshall prises en faveur de l'emploi. Selon lui, les objectifs visés par les actions de formations qualifiantes ont dépassé de 25 à 60% leurs objectifs en 2010 et le constat est le même pour les mesures liées aux métiers, aux compétences et au travail d'accompagnement du Forem.

L'objectif de 9600 formations vertes a été dépassé et atteint 19 000, a encore affirmé le ministre.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK