Le gouvernement wallon affronte l'épineux dossier électrique

La tension est très palpable avec ce dossier électrique dans tous les sens du terme. Il y a d'abord cette dette nouvelle liée aux certificats verts délivrés comme incitants à ceux qui ont installés des panneaux photovoltaïques sur leur toit. Une dette qui pourrait coûter 2,5 milliards d'euros à la Wallonie au cours des prochaines années, aux entreprises et aux ménages. Peut-être même beaucoup plus selon les dernières projections du MR.

Mercredi, le gouvernement régional a confirmé qu'il allait réformer ce système pour qu'il coûte moins cher à la collectivité et qu'il allait aussi examiner différentes pistes pour gérer l'ardoise actuelle. Mais encore rien de concret, à ce stade.
 
Et puis, il y a cette annonce d'une réforme plus générale de la tarification de l'électricité avec une partie désormais gratuite, annonce faite le week-end dernier par le ministre en charge de l'Energie, Jean-Marc Nollet. Le gouvernement a indiqué qu'il se penchait  sur cette réforme mais rien de concret là encore, ce qui confirme que la sortie médiatique et solitaire du ministre Ecolo était - au minimum - prématurée.
 
Dossier électrique, on le disait.  Il sera sur la table du gouvernement wallon qui flirte de plus en plus avec le court-circuit.
 
Rudy Hermans
 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK