Les gouvernements wallon et bruxellois approuvent le projet de pacte énergétique

Les gouvernements wallon et bruxellois approuvent le projet de pacte énergétique
Les gouvernements wallon et bruxellois approuvent le projet de pacte énergétique - © ERIC LALMAND - BELGA

Comme le gouvernement wallon, le gouvernement bruxellois a donné son feu vert, jeudi matin, au Pacte énergétique sur lequel les quatre ministres de l’Énergie du pays étaient tombés d'accord lundi soir, a annoncé la ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Fremault (cdH).

Ce projet établit les grandes lignes de la politique énergétique et climatique d'ici 2050, ce qui comprend aussi la sortie du nucléaire à partir de 2025.

Le Pacte doit encore être approuvé par l'exécutif flamand, mais on sait que N-VA a des doutes sur la viabilité de ce plan et notamment sur la sortie du nucléaire en 2025. Jan Jambon a annoncé ce matin que cela ne lui paraissait pas réaliste.

Mise en place d'un mix énergétique

Cet accord confirme donc la sortie du nucléaire en 2025, accompagnée de la mise en place en amont d'un mix énergétique basé sur le gaz et les énergies renouvelables ainsi que d'une réduction progressive de la consommation globale d'énergie fossile.

Au menu également de ce conseil, l'augmentation de l'efficacité énergétique et la réduction des consommations en s'appuyant sur une série de mesures dont le renforcement des normes énergétiques appliqué à tous les types de biens de consommation; l'accélération du rythme de rénovation des bâtiments résidentiels, tertiaires et publics, l'interdiction de la vente de chaudière au mazout à partir de 2035.

Les bâtiments publics et les bureaux devront quant à eux être neutres en énergie respectivement en 2040 et 2050.

100% d'énergies renouvelables pour 2050

Autre objectif à l'horizon 2050: une consommation couverte à 100% par les énergies renouvelables (40% en 2030) via la mise en place d'un mix énergétique gaz et renouvelable dont la capacité (panneaux solaires et éolien) progressera par paliers.

Un prix carbone sera mis en place pour le secteur non industriel et dans le secteur du transport. Les moyens dégagés financeront la transition énergétique, dont celle des personnes les plus vulnérables.

La mobilité sera "décarbonée" avec comme objectif global l'élimination progressive des moteurs à combustion interne. En 2025, 20% des nouvelles immatriculations seront zéro-émission (50% en 2030). L'exemplarité des pouvoirs publics et des sociétés de transport passera par l'obligation d'achat exclusif de véhicules zéro-émission à l'horizon 2025.

L'innovation et la recherche sera soutenue en vue de la transition vers une société bas-carbone.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK