Le gouvernement passe à l'action suite à l'affaire des visas humanitaires

Le gouvernement fédéral a décidé de passer à l'action dans le cadre de l'enquête sur les visas humanitaires. Pour rappel, l'affaire a démarré suite à un reportage Pano de la VRT diffusé mardi soir. Melikan Kucam, conseiller communal de la N-VA à Malines, a été arrêté dans le cadre d'une enquête pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, corruption passive et extorsion. L'homme, âgé de 44 ans, aurait reçu d'importantes sommes d'argent pour permettre à des habitants de zones de conflit en Syrie, en Irak ainsi que dans des pays frontaliers de voyager en Belgique avec un visa humanitaire.

La ministre Open Vld, Maggie De Block, désormais responsable de l'Asile et la Migration, annonce aujourd'hui de nouvelles mesures pour rendre plus transparente la procédure d'octroi des visas. La première concerne les intermédiaires qui interviennent parfois dans les demandes de visas. Plus question de voir n'importe qui introduire une demandes de visa humanitaire, seules les demandes de  introduites par le biais du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) seront acceptées. Les demandes individuelles pourront toutefois encore être introduites par les intéressés eux-mêmes, mais les visas ne seront accordés que dans des cas exceptionnels. 

Maggie De Block a également chargé l'Office des étrangers de mener une enquête sur cette affaire: "Je veux une transparence absolue. Je veux savoir combien de visas ont été demandés et octroyés de la sorte, par qui et comment."

L'affaire a choqué les membres du gouvernement

Une enquête qui se déroulera donc en parallèle de l'enquête judiciaire. Dans ce cadre aussi, le gouvernement n'entend pas rester au balcon puisqu'il a annoncé que l'Etat se porterait partie civile. Il pourra ainsi avoir accès aux dossiers. 

Ce matin les ministres du gouvernement en affaires courantes n'ont pas caché le choc provoqué par ce scandale, à commencé par Charles Michel: "Le kern a pris connaissance de l'enquête judiciaire sur un possible trafic de visas humanitaires. Nous avons confiance dans la justice pour faire son travail. Si les faits sont établis, c'est particulièrement grave et choquant."  Kris Peeters, vice premier ministre CD&V estime que l'affaire est très grave et explique que l'annonce de l'arrestation du conseiller communal N-VA a eu l'effet d'une bombe au sein du gouvernement. 

Par ailleurs, l'affaire a aussi des conséquences au niveau local. La N-VA a décidé de suspendre en urgence le conseiller communal de Malines, Melikan Kucam, de ses fonctions, a-t-elle fait savoir. Le CPAS de Ganshoren va également suspendre Melikan Kucam de ses fonctions de comptable au sein de l'institution. Il peut néanmoins poursuivre ses fonctions de président de la société malinoise de logements sociaux KLEMO.

Journal télévisé 15/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK