Le gouvernement Michel tente de rassurer sur le saut d'index

Le gouvernement Michel tente de rassurer sur le saut d'index (direct)
Le gouvernement Michel tente de rassurer sur le saut d'index (direct) - © Tous droits réservés

Ce jeudi, le gouvernement Michel a tenu une conférence de presse. La première en bonne et due forme de la majorité suédoise. Ils ont détaillé les mesures de leur loi-programme, des mesures déjà connues. Et ont répondu aux questions des journalistes sur certains dossiers "brûlants".

Le Premier ministre Charles Michel, entouré de Kris Peeters, Jan Jambon, Alexander De Croo et Willy Borsus, a présenté les principales mesures de la loi-programme que la coalition va faire passer, en application de sa déclaration de gouvernement. "Cet accord de gouvernement comporte une ambition pour le pays, avec des réformes économiques, parfois délicates, avec un assainissement budgétaire", a rappelé le Premier ministre.

Les mesures décrites par Charles Michel étaient déjà connues et publiées dans la presse. Parmi celles-ci :

  • Une augmentation de la déduction des frais forfaitaires professionnels.
  • La taxation des intercommunales
  • Une augmentation de la TVA sur les équipements électroniques et la chirurgie esthétique
  • Une augmentation des accises sur l’alcool, le tabac et le diesel (en 2016 pour ce dernier)
  • Le tiers payant social obligatoire
  • Une diminution du prix des médicaments et des implants
  • Un renforcement de la réduction des cotisations sociales sur les trois premiers emplois
  • Le paiement de frais administratifs par les demandeurs d’asile

"Dans l’accord de gouvernement, il y a des mesures positives. Des mesures plus difficiles aussi. Mais la volonté est de créer des emplois", a conclu Charles Michel.

Après cet exposé, les journalistes ont pu poser des questions. Le gouvernement était attendu sur de nombreux dossiers. Sur la question de l’existence d’accords secrets concernant une nouvelle réforme de l’Etat, Charles Michel a répondu : "Je suppose que beaucoup de monde achète des cahiers Atoma en Belgique. Et non, il n’y a pas d’accords secrets. C’est normal dans notre pays que chaque gouvernement en fin de législature ait un débat sur la liste des articles de la Constitution à réviser. C’est un gouvernement qui s’inscrit dans le changement mais sur ce sujet-là, nous allons faire en sorte qu’il y ait ce débat". Jan Jambon a ensuite précisé : "Mes propos ont été sortis de leur contexte".

Concernant un éventuel tax shift, un glissement de la fiscalité sur le travail vers une fiscalité sur le patrimoine par exemple, Charles Michel a botté en touche : "Ce gouvernement a déjà décidé un tax shift, puisque l’ensemble des recettes nouvelles sont réinjectées dans des politiques nouvelles pour la compétitive, le renforcement des enveloppes bien-être… Donc nous avons un tax shit pour relancer l’économie".

Mercredi, le ministre de l’Emploi Kris Peeters a présenté une étude de la Banque nationale affirmant que le saut d’index va créer de l’emploi. Que répond le gouvernement à la population inquiète de ce saut d’index ? "Le saut d’index n’est pas une solution miracle, répond Charles Michel. Mais c’est un important choix politique que nous avons fait. Et la Banque nationale confirme que ça va créer des emplois. Mais on ne réduit pas le montant des salaires, il y a une non-augmentation. Mais les frais forfaitaires déductibles vont augmenter. Et pour les personnes qui ne travaillent pas, on a augmenté l’enveloppe budgétaire pour la revalorisation des allocations. On a pris des mesures raisonnables, rationnelles".

Et Kris Peeters de préciser : "Le saut d’index va créer 59 000 emplois".

Relisez le live-tweet:

 

Live Blog Conférence de presse du gouvernement Michel

Julie Calleeuw

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK