Le gouvernement Michel renforce la lutte contre la fraude sociale: objectif 52 millions

Charles Michel avec Kris Peeters, ministre de l'économie et Philippe De Backer, secrétaire d'état chargé de la lutte contre la fraude sociale.
Charles Michel avec Kris Peeters, ministre de l'économie et Philippe De Backer, secrétaire d'état chargé de la lutte contre la fraude sociale. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le gouvernement fédéral compte contrôler de plus près les gens bénéficiant d'avantages sociaux pour mieux lutter contre la fraude. Les amendes deviennent plus sévères, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad mardi.

Le gouvernement fédéral va intensifier la lutte contre la fraude sociale. Des contrôles plus poussés et systématiques seront réalisés visant les situations familiales impliquant des bénéfices sociaux.

L'Onem et l'Inami travailleront ensemble pour détacher des inspecteurs et comparer leurs bases de données afin de déceler des situations suspectes (datamining). Les sanctions pour les fraudeurs sociaux seront aussi plus sévères. En plus du remboursement des bénéfices indus, les amendes seront plus conséquentes. Ces nouvelles mesures devraient selon les projections budgétaires rapporter l'an prochain 52,7 millions d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK