Le gouvernement flamand tente d'anticiper les issues possibles du Brexit

La ministre Lydia Peeters
La ministre Lydia Peeters - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Une "taskforce" flamande sur le Brexit s'est réunie lundi matin à Bruxelles pour un état des lieux, alors que la situation au Royaume-Uni reste très incertaine. Le même jour, le ministre-président Jan Jambon (N-VA) et les ministres Hilde Crevits (CD&V) et Lydia Peeters ont également rencontré des responsables des secteurs qui pourraient être le plus durement touchés par la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les ports, la logistique et la pêche sont cités par la ministre Lydia Peeters (Open Vld), en charge de la mobilité et des travaux publics au niveau flamand.

La Flandre espère dans tous les cas qu'on évite un "no-deal Brexit", un divorce sans accord, qui menacerait "2,5% du PIB flamand et 28.000 emplois", selon la ministre.

Une table ronde impliquant les administrations et les secteurs économiques devait permettre, en matinée, d'"identifier les inquiétudes et les manques", selon la communication de son cabinet.

Sur le plan de la mobilité (entre la Flandre et le Royaume-Uni), "nous avons un plan d'urgence et une stratégie de communication pour tous les scenarii possibles", affirme Lydia Peeters, sans en détailler le contenu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK