Le gouvernement fédéral propose le nom de Didier Reynders comme candidat commissaire européen

Charles Michel fait savoir ce samedi soir que le gouvernement fédéral proposera Didier Reynders pour le poste de Commissaire européen. Didier Reynders a été confirmé après un conseil des ministres électronique. Il doit encore être approuvé par les autorités européennes. 

Le gouvernement en affaires courantes a pris sa décision : "au motif de son impérieuse nécessité pour les intérêts de l’état et de l’urgence en la matière". Le gouvernement fédéral n'est donc pas passé par le Parlement, comme le réclamaient le cdH, Ecolo et certain au Parti socialiste. Un choix belge devait être opéré sans tarder, les lettres de nomination des Etats membres ayant été demandées par la présidence finlandaise de l'UE "pour le lundi 26 août 2019", rappelle Charles Michel.

Les critiques de l'opposition ont fusé

Dès l'annonce tombée hier soir, les critiques n'ont pas manqué. Le président de DéFI, Olivier Maingain, parle d'un coup de force constitutionnel.

Elio Di Rupo, qui avait surpris tout le monde jeudi, en désignant sa candidate Laurette Onkelinx, dit qu'il prend acte, mais il attend quand même un débat au Parlement sur les projets du futur Commissaire européen.

Au nord du pays, la N-VA ne cache pas son amertume. Le chef de groupe à la Chambre, a des mots durs. "C'est un choix inacceptable d'un gouvernement qui n'a aucune légitimité démocratique," a-t-il déclaré.

A ce stade 24 États membres sur 27 ont indiqué le nom de leur commissaire.

Ne plus revivre 2014

En 2014, l’attribution du précieux strapontin européen s’était faite dans la douleur le 2 septembre, lors de la fin des discussions pour le poste même de Premier ministre, Charles Michel (MR) devenant chef du gouvernement, Marianne Thyssen (CD & V) commissaire européenne, au grand dam au bout de la nuit de Didier Reynders, souvent cité, et alors que déjà le président de la Commission Jean-Claude Juncker s’impatientait face aux lenteurs belges.

Cette fois, c’est la nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui attend les noms des candidats des Etats membres. Elle espère une Commission paritaire hommes/femmes. Alors soit l’équipe Michel en affaires courantes prolongeait Marianne Thyssen le temps de trouver un gouvernement fédéral, soit il proposait un autre nom, ce qui est fait ce samedi soir.

Autres candidats belges écartés

Laurette Onkelinx (PS) était proposée par le Parti socialiste comme candidate commissaire européenne.

Le nom de Kris Peeters (CD & V), fraîchement élu député européen et ancien vice-Premier ministre belge circulait aussi, mais l’alternance flamand/francophone à ce poste est en faveur d’un francophone puisqu’il faut remplacer la CD & V Mariane Thyssen.

Et maintenant, quelle procédure?

Les candidats rencontreront d'abord la Présidente Ursula von der Leyen. La Belgique devrait être auditionnée ce lundi 26 août dans l’après-midi.

La liste des commissaires et vice-présidents doit ensuite être approuvée par tous les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, réunis au sein du Conseil européen

Enfin, chaque candidat doit se présenter devant la commission parlementaire responsable du portefeuille qui lui est destiné. Les membres de la commission se prononcent sur les capacités du candidat pour le poste prévu.

Une fois que les 27 candidats ont été acceptés, le Parlement dans son ensemble vote pour approuver ou non toute l'équipe.

Dernière étape: les commissaires sont nommés par le Conseil européen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK