Le gouvernement dégage 5,5 millions pour le stress au travail

Le gouvernement fédéral a décidé vendredi de dégager 5,5 millions d'euros pour lutter contre le stress au travail, ont annoncé quatre ministres: Pierre-Yves Dermagne (Emploi), Petra De Sutter (Fonction publique), Frank Vandenbroucke (Affaires sociales) et David Clarinval (Indépdendants).

Trois phases

Le programme se déroulera en trois phases. Une phase de détection commencera le mois prochain et durera jusqu'en décembre. Une campagne de sensibilisation sera lancée. Elle se concentrera sur la détection du burn-out et sur les solutions et aides concrètes à y apporter. Un budget d'un million d'euros est prévu.

Une deuxième phase portera, outre la détection du burn-out, sur la prévention des risques de troubles psycho-sociaux chez les salariés, fonctionnaires et indépendants. L'objectif est d'éviter les situations à risque et d'offrir des conseils ciblés aux personnes à haut risque.

La troisième phase sera celle d'un plan d'actions proprement dit à partir de l'an prochain. Un plan fédéral pour la résilience mentale au travail verra le jour. Il fournira un socle commun à des mesures pour l'ensemble de la population, complété par des mesures spécifiques.

Le phénomène du stress au travail a pris une ampleur toujours plus grande au cours des dernières années. En dix ans, le nombre de personnes qui s'absentent et puis s'éloignent pour de longues période de leur travail a fortement augmenté. En 2010, trois salariés sur cent ont été malades pendant plus d'un mois. Aujourd'hui, la proportion est de cinq salariés sur cent. A la fin juin de l'an passé, 459.561 salariés et indépendants étaient malades depuis plus d'un an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK