Le gouvernement de Paul Magnette va-t-il bloquer la signature du CETA?

Paul Magnette devant le Parlement Wallon.
Paul Magnette devant le Parlement Wallon. - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

La Wallonie va-t-elle maintenir son cap et bloquer la conclusion du Traité de Libre Echange entre l'Union Européenne et le Canada, le fameux CETA? Le président du gouvernement Paul Magnette (PS) a répété lundi, qu'il n'en voulait pas tel qu'il avait été négocié. Il demande des garanties supplémentaires de protection du marché wallon.

Le CETA doit en principe être validé ce mardi par les ministres européens réunis à Luxembourg.  En coulisses, les négociations se poursuivent pour faire fléchir la Wallonie. Paul Magnette évoque des pressions importantes. 

"Des menaces à peine voilées"

"Sur le CETA, nous menons un combat difficile", a déclaré Paul Magnette à la tribune du Parlement wallon ce lundi. "Nous faisons l’objet, la Wallonie, de très nombreuses pressions, parfois même à certaines heures des menaces à peine voilées. Et pourtant nous continuons à maintenir notre cap. Nous continuons à dire à la Commission Européenne que nous ne pourrons pas accepter ce texte s’ils ne font pas des efforts et des pas dans notre direction. Ce pourquoi je continue à me battre aujourd’hui, et ce pourquoi je continuerai à me battre dans les heures et dans les jours qui viennent".

"Si l’on octroie des clauses de sauvegarde aux Canadiens pour qu’ils puissent, légitimement, protéger leurs marchés contre d’éventuelles exportations européennes qui les menaceraient, pourquoi ne pas l’autoriser en sens inverse. Pourquoi est-ce que les Européens n’auraient pas droit, eux aussi, à protéger leurs marchés contre d’éventuelles exportations qui menaceraient certaines de nos filières. Voilà ce pourquoi je me bats."

Quel impact aura l'attitude obstinée des Wallons dans ce dossier? La question reste ouverte, mais l’une des pistes pourrait être le report du dossier le temps de trouver une solution, et donc le report du sommet Union européenne/Canada du 27 octobre où le Traité devait officiellement être signé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK