Le gouvernement de la FWB adopte un décret sur l'organisation du sport

Le gouvernement de la FWB adopte un décret sur l'organisation du sport
Le gouvernement de la FWB adopte un décret sur l'organisation du sport - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté vendredi un projet de décret sur le sport, qui régit son organisation et son subventionnement et instaurera une interdiction des indemnités de formation en équipe d'âge.

Ce texte, portant sur le mouvement sportif organisé en Communauté française, a été approuvé par l'équipe du ministre-président Rudy Demotte en 3e lecture. Cette adoption ouvre la voie à l'examen en commission parlementaire dès le 23 avril, a précisé le le ministre francophone des Sports, Rachid Madrane (PS), dans un communiqué.

Interdiction totale des indemnités de formation

Parmi les modifications qu'il contient, le projet de décret prévoit l'interdiction totale des indemnités de formation en équipe d'âge et ce, pour l'ensemble des disciplines reconnues en Communauté française.

Il s'agit de mettre fin à une pratique déjà illégale - puisque le précédent décret, qui date de 2006, prévoyait explicitement que le payement de telles indemnités ne pouvait intervenir que de club à club - mais qui se poursuivait manifestement, principalement dans le milieu du football: la demande de payement adressée au jeune joueur ou à ses parents.

"Cette mesure qui, à l'origine, avait notamment pour objectif de maintenir une certaine solidarité entre +petits+ et +grands clubs+, était devenue l'objet d'un chantage inacceptable à l'encontre de parents démunis", a souligné M. Madrane (PS) dans un communiqué.

"La formation des jeunes est en effet censée être couverte par la cotisation ou les aides versées, via leur fédération, par les pouvoirs publics. Je me réjouis donc que le gouvernement ait adopté le projet de décret Sport, qui prévoit de mettre fin à ces pratiques injustifiables qui faisaient du jeune sportif une marchandise sur laquelle on spécule et étaient aussi, parfois, une source d'argent noir", a ajouté le ministre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK