Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est installé

C'était la dernière étape avant de se mettre au travail.

Ce mardi matin, les cinq ministres du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont prêté serment devant les députés de la Fédération. 

Pour Frédéric Daerden (PS), Caroline Désir (PS), Valérie Glatigny (MR) et Bénédicte Linard (Ecolo), c'est une première en tant que ministre.

Pierre-Yves Jeholet (MR) nouveau ministre-président et ancien ministre wallon, aura lui droit à une deuxième prestation de serment, chez le Roi cette fois. 

Rudy Demotte devient président du Parlement de la Fédération

Aujourd'hui, le Parlement de la Fédération s'est également choisi un nouveau président, Rudy Demotte (PS). Lors des négociations et derniers arbitrages de casting, l'ancien ministre-président de la Fédération n'avait pas obtenu de portefeuille ministériel.

Le voici donc au perchoir du parlement de la Fédération où il succède a Philippe Courard (PS).  Lors de son premier discours en tant que président du Parlement, Rudy Demotte a invité les parlementaires à faire de l'assemblée un "lieu de courage, de résistance, de propositions" face aux inquiétudes que génère la mondialisation, à la montée des populismes, du racisme et de l'antisémitismeLa Communauté française n'est pas seulement l'institution de citoyens qui partagent une même langue, elle porte en son sein la défense de valeurs telles que la "liberté" et la "fraternité".

Le travail va pouvoir commencer

Avant même d'aller chez le Roi, le nouveau ministre-président de la Fédération a organisé une première réunion de travail avec ses ministres. Quelques minutes à peine, histoire surtout de montrer la volonté du nouveau gouvernement de passer à l'action. Ensuite, Pierre-Yves Jeholet s'est tout de même rendu chez le Roi où il était attendu pour prêter serment. 

Cet après-midi, de retour au Parlement,  Pierre -Yves Jeholet (MR) a présenté sa déclaration de politique générale. Il dit vouloir donner à la Fédération Wallonie-Bruxelles les moyens de rêver et de concrétiser ses ambitions mais pointe aussi les difficultés budgétaires existantes. Le gouvernement mise ainsi sur une réduction du déficit plutôt qu'un retour à l'équilibre budgétaire en 2024.

Dans son discours, le nouveau ministre-président a également appelé au "dialogue dans l'espace belgo-belge" et à une meilleure synergies entre les différentes entités du pays. Il a enfin confirmé la poursuite de la mise en oeuvre du pacte d'excellence, mais avec un monitoring et une évaluation

Les débats sur cette déclaration de politique générale auront lieu ce mercredi après-midi au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK