Le gouvernement bruxellois veut généraliser les zones 30

Le programme du gouvernement bruxellois prévoit de généraliser les zones 30 sur l'ensemble du territoire bruxellois, à l’exception des grandes artères et des tunnels où la vitesse serait maintenue à 50 km/h, voire 70 km/h. Aujourd'hui, environ 55% du territoire bruxellois est en zone 30, essentiellement des zones résidentielles et les abords des écoles.

Le principe des zones 30 n'est pas nouveau dans la région. En 1989, c'est le bourgmestre libéral d'Uccle André Derrider qui a créé la première zone, dans le clos de Wagram. Il faut dire qu'entre les haies et les villas, il est difficile d'aller plus vite que 30km/h... En 2002, le gouvernement bruxellois rêvait même d'une zone 30 qui couvrirait 77% du territoire !

Rouler à 30 km/h plutôt que 50 permet d'avoir moins d'accidents et de blessés. Un piéton percuté à 30 km/h a trois fois plus de chances de survie que s’il était percuté a 50 km/h. Cela a également une influence sur la fluidité du trafic. Avec une vitesse de 30 km/h, des experts tablent sur un report de 20 % du trafic sur les transports en commun.

Concernant la pollution, le débat fait rage. Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot, estime notamment que rouler à 30 km/h fait consommer plus, et donc polluer plus.

À cela, d'autres rétorquent que c’est les accélérations qui font consommer et que si les zones 30 réduisent le trafic, c'est d’office moins de pollution.
Le vrai problème reste le non-respect des zones 30. En l'absence d' infrastructures, 9 automobilistes sur 10 ne respectent pas les 30 km/h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK