Bart De Wever: "Le gouvernement qui irait à Marrakech n'aurait pas notre soutien"

Ce matin, les états-majors de partis tiennent leurs traditionnels bureaux. Aujourd’hui pourtant, l’ambiance est différente. La tension est palpable entre les partenaires du Gouvernement fédéral. En cause: le Pacte mondial sur les migrations défendu par le Premier ministre et rejeté par la N-VA.

Situation compliquée…  
A leur arrivée, les nationalistes flamands ont fait peu de déclarations mais les mines n’étaient guère souriantes. D’un côté, ils disent ne pas vouloir mettre en péril le gouvernement. Geert Bourgeois et Jan Jambon le réaffirmaient ce matin. Mais le ministre de l'Intérieur ne cachait pas que le pacte pose gravement problème à son parti.

… voire inextricable!
Or, Jan Jambon balaie l’idée d’une déclaration interprétative qui pourrait retirer au pacte toute force contraignante. C'était la voie imaginée par le Premier ministre. Dans ces conditions, on voit mal quelle solution pourrait encore servir de porte de sortie.

Démission?
Le scénario d’un éclatement de la majorité semble donc de plus en plus se préciser. Le Président de la N-VA, Bart De Wever, a déclaré que l’idée d’un Gouvernement belge allant signer le Pacte à Marrakech semble dès à présent exclue. Selon lui ce pacte risque d'encourager la migration illégale vers l'Europe. Un scénario dont nous ne voulons pas, dit-il, y compris avec une déclaration interprétative juridiquement problématique.

Et Charles Michel
Le Président de la N-VA résume: "Nous sommes contre ce pacte et participer à un gouvernement qui le signerait rendrait notre position intenable."
Le Premier ministre n'a pour sa part guère fait de commentaires à sa sortie du bureau du MR. "Le Gouvernement va poursuivre le travail",dit-il.

Mais indubitablement, l'espace de négociation semble si serré qu'à cette heure, il paraît quasi impossible de sortir de cette crise de majorité par le haut.

 

Journal télévisé 13h : réactions à la sortie du bureau politique du MR

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK