Le "gang des vieux en colère" part en campagne contre le système des pensions

Des pensionnés sont remontés contre le ministre des pensions, Daniel Bacquelaine. A tel point que certains d'entre eux se sont regroupés au sein "du gang des vieux en colère" et critiquent celui qu'ils surnomment "le ministre Bas de Laine". Ils manifesteront d'ailleurs ce lundi après-midi à Bruxelles, pour faire entendre leurs droits à une pensions décente. Mais comment ce mouvement est-il né ?

A l’origine de l’initiative, une bande de copains qui avaient 20 ans dans les années 60. Un soir d’hiver, raconte Michel Huisman, ils se retrouvent autour d'un bon repas. "On riait beaucoup, on buvait pas mal, et soudain il y en un qui a dit "vous savez que moi, j'ai 500 euros de pension?". Ça a jeté un froid, et l’un des convives a dit "Ce n'est pas possible, on ne peut pas accepter ça". Leur inquiétude porte un nom: la réforme des pensions du gouvernement Michel, inacceptable à leurs yeux, commente Dany Degraeve: "Si on en arrive à demander que les gens cotisent des pensions par capitalisation, c'est encore plus monstrueux, parce que ceux qui gagnent très bien leur vie pourront le faire, mais comment voulez-vous que ceux pour qui il est déjà difficile de joindre les deux bouts, cotisent chaque mois?"

Lutter pour la prochaine génération

" Les vieux en colère " ont donc décidé de reprendre la lutte. Mais ce ne sera plus pour eux-mêmes, argumente Dany Degraeve : " C'est d'abord pour les générations qui nous suivent. Parce que, quand on est jeune on n'est pas conscient de ce qui nous attend. On l'a vécu nous-mêmes. Et quand on en parle aux jeunes ils répondent qu’ils ont le temps ‘que c'est pour  plus tard, et que ça changera’. Mais, ça ne changera pas. "

Le gang des vieux en colère organise sa première manifestation, ce lundi après-midi, à Bruxelles. Et sur sa page Facebook, le gang des vieux en colère donne rendez-vous à 14 heures 45, place de la liberté.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK