Le G1000 deviendra-t-il un sommet citoyen permanent?

Il y a un an jour pour jour, le tout G1000 était organisé : un sommet pour redonner de l'oxygène à la démocratie, selon les organisateurs. Un grand brainstorming de plusieurs centaines de citoyens sur les thèmes de société. Un an plus tard, l'heure est au bilan. L’objectif est de démontrer que le citoyen a bel et bien sa place dans le débat public.

Les derniers débats du G 1000 se déroulent ce week-end à la Maison des Parlementaires de Bruxelles avant de remettre ce dimanche leur rapport aux présidents des parlements belges. Parmi ces centaines de personnes, 32 ont été tirées au sort pour continuer la réflexion jusqu'à aujourd'hui. Et pour les citoyens qui ont suivi les discussions depuis un an, l'expérience s'est révélée très enrichissante.

"Le droit à la parole"

Selon les organisateurs, le bilan est plutôt positif là aussi, comme l’explique à la RTBF David Van Reybrouck, initiateur du G 1000 : "Ce qu'on a appris depuis l'année passée, c’est que les citoyens veulent et peuvent contribuer à la démocratie, ça c'est étonnant. Il y a le droit de vote mais ils demandent aussi le droit à la parole".

Et si le rapport final est remis ce dimanche aux autorités publiques, l'heure de la fin du G1000 n'a pas encore sonné pour autant, poursuit David Van Reybrouck : "La lutte n'est pas encore terminée. Le G1000 se veut ce projet qui continue à œuvrer pour une plus grande implication des citoyens dans les processus de décisions".

Au total, ce sont plus de 15 000 personnes qui ont soutenu de près ou de loin, le mouvement citoyen du G1000 et pour les organisateurs, une chose est sûre, ce n'est qu'un début. Le G1000 veut désormais devenir permanent, un laboratoire pour la démocratie d'aujourd'hui.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK