Le Fonds " Blouses Blanches " adopté définitivement à la Chambre

Le Fonds « Blouses Blanches » adopté définitivement à la Chambre
Le Fonds « Blouses Blanches » adopté définitivement à la Chambre - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La proposition de loi visant à créer un Fonds "blouses blanches", destiné à donner un coup de pouce au monde infirmier de manière générale, a été adoptée à l'unanimité à la Chambre cet après-midi. Une décision qui n'a fait l'objet d'aucun suspens car ce Fonds avait déjà été approuvé par vote en commission hier et avait déjà fait l'objet d'un accord au sein d'un groupe de travail. Pour cette fin d’année, soixante-sept millions d’euros seront dégagés pour le secteur. Cinquante-neuf millions passeront par le Fonds Maribel social pour le personnel infirmier salarié du secteur hospitalier et à domicile et huit millions bénéficieront au personnel indépendant des mêmes secteurs. "Il faudra définir les modalités d’utilisation et les conditions de contrôle de l’usage de ces huit millions", a déclaré Marc Goblet (PS) qui a présidé le groupe du travail. Pour l’année 2020, il est prévu que ce Fonds reçoive 400 millions d’euros. Un engagement a été pris par les différents partis pour que 100 millions soient prévus dans la prochaine loi ouvrant les douzièmes provisoires pour janvier, février et mars et que le Fonds soit pérennisé dans le cadre des négociations gouvernementales. 

Le personnel infirmier est en souffrance depuis trop longtemps (Ecolo)

Pour Ecolo, cet accord est une victoire: "Les infirmiers doivent constamment s’adapter aux changements notamment politiques. Voter un Fonds c’est une chose, affecter des moyens budgétaires en est une autre ", a ajouté la députée écologiste Laurence Hennuy. Marc Goblet (PS) a quant à lui rappelé que: "la situation du personnel de soins est devenu intenable et c’est le patient qui paie". Il a salué le parlement qui "a pris ses responsabilités malgré des discussions parfois difficiles". Satisfaction aussi du côté du MR, du CD&V ou encore de l’Open VLD. Et à cette satisfaction suivent les quelques interrogations de la N-VA :  " Comment allez-vous payer cela ? ", a déclaré  Kathleen Depoorter (N-VA) en se tournant vers Raoul Hedebouw. "Je suis ravie qu’on ait fait la différence entre 2019 et 2020. Mais comment allez-vous assurer le financement pour 2020 ? Vous n’avez pas de réponse à cette question. Lorsque je vous entends lancer un appel aux autres secteurs, vous n’aurez pas seulement besoin de Saint-Nicolas mais aussi du Père Noël et des cloches de Pâques ".

Car pour le PTB, ce Fonds est le signe que " la lutte social paie ". "Si le secteur des blouses blanches a pu gagner, les autres secteurs peuvent gagner aussi. Le mouvement social et la pression exercée sur ce parlement a mené à la victoire", a déclaré Raoul Hedebouw envoyant un message aux travailleurs des autres secteurs: "Vous pouvez laisser entendre votre voix . C’est maintenant ou jamais".

Le travail n’est pas fini

"D’autres besoins sociaux et environnementaux méritent une réponse. Il n’existe pas de plan pour les blouses blanches comme pour la justice ou pour le rail. Parce que pour cela, il faut un gouvernement", a jouté Laurence Hennuy (Ecolo).

Le CDH, par la voix de Catherine Fonck, souligne lui aussi que le travail est loin d’être terminé. "En ce qui concerne les compétences fédérales, que ce soit au niveau des hôpitaux ou du domicile, toute une série de dispositions doivent être améliorées. Par exemple, par rapport à la reconnaissance de la formation de l’ensemble de ces soignants y compris de la spécialisation".  

Pour François De Smet (DéFI): "Ce secteur infirmier aurait mérité encore mieux. Nous allons distribuer des ressources sans les avoir réellement créées. Qu’est-ce que nous allons dire demain aux autres, aux pensionnés, au secteur de la justice, aux policiers, à la protection civile,… ? " Et d’ajouter : "Si nous continuons comme ça, nous allons passer notre temps à peser et opposer des besoins, des urgences. Si nous pouvions mettre la même énergie dans la constitution d'un gouvernement en plein exercice, tout deviendra possible".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK