6,5 millions d'euros pour la réforme de la santé mentale

Craignant qu'elle ne soit mise à mal, des représentants du secteur de la santé mentale ont mené lundi une action au SPF Santé publique pour attirer l'attention sur l'importance de la réforme qui était à l'ordre du jour de la conférence interministérielle.

Des responsables de diverses associations, Similes, la plate-forme de concertation pour la santé mentale de Bruxelles-Capitale et Zorgnet Vlaanderen sont venus se rappeler au souvenir des différents ministres présents lundi à la conférence interministérielle.

Ils ont notamment souligné que des motifs budgétaires ne pourraient être invoqués pour renoncer au programme initial, la suppression des lits en psychiatrie devant notamment déboucher sur des économies.

Disant "soutenir" la ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx "dans la réalisation de son plan initial d'une réforme pour toute la Belgique", la plate-forme bruxelloise a pointé la situation particulière dans la capitale (nombreux sans domicile fixe souffrant de troubles psychiatriques) où seul un des deux projets proposés a été retenu.

Au terme de sa réunion, la conférence interministérielle, qui réunit l'ensemble des ministres de la Santé du royaume, a décidé de poursuivre le programme, le fédéral débloquant 6,5 millions d'euros dès l'année prochaine.

La Belgique est la championne d'Europe du nombre de lits psychiatriques par 100.000 habitants. Cette politique ne semble pas avoir porté, la Belgique présentant des taux de suicide particulièrement élevés.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK