Le dossier du nucléaire ne sera pas résolu avant 2019, dit Bart De Wever

Le débat sur la sortie du nucléaire ne sera probablement tranché que lors des négociations pour la formation d'un gouvernement qui suivront les élections législatives de 2019, a déclaré dimanche le président de la N-VA, Bart De Wever, lors d'un entretien accordé au site d'information Newsmonkey et publié dimanche.

Doute sur la faisabilité

Le parti nationaliste flamand a récemment rejeté le projet de pacte énergétique conclu entre quatre ministres de l'Energie du pays - fédéral et Régions -, qui confirme la sortie du nucléaire en 2025. Cette échéance, fixée en 2003, se trouve également dans l'accord gouvernemental, mais la N-VA doute depuis un certain temps déjà de sa faisabilité.

"Je ne pense pas que quiconque résolve le dossier de l'énergie nucléaire d'ici 2019", a affirmé Bart De Wever. Le leader des nationalistes flamands a dès lors l'intention d'aborder la question lors de la campagne électorale en vue des élections fédérales et régionales de mai 2019.

"Je vais dire: 'Vous avez un choix clair', la N-VA a une analyse évidente, tous les autres partis ont une autre analyse. Et je pense que les négociations gouvernementales de 2019 finiront par régler le problème", a-t-il souligné.

Une mauvaise nouvelle pour Charles Michel

A travers cette déclaration, Bart De Wever estime déjà qu'aucune solution claire et définitive sur la sortie du nucléaire ne sera trouvée sous cette législature. Le président de la N-VA ne veut visiblement pas tenir compte de l'accord bouclé par Marie-Christine Marghem. Alors que, pour rappel, Charles Michel s'était voulu ferme il y a dix jours en expliquant que personne ne pourrait torpiller ce pacte énergétique. 

Avec cette déclaration, Bart De Wever se moque aussi de l'accord du gouvernement qui prévoyait la sortie du nucléaire en 2025 et du vote qui est intervenu depuis. Une nouvelle fois la N-VA met le Premier ministre et le gouvernement en difficulté. La N-VA est d'ores et déjà en campagne électorale.  

L'ambiance entre la N-VA et le CD&V au sein de la coalition n'est pas au beau fixe

Par ailleurs, la sortie du nucléaire n'est pas le seul dossier qui a hérissé les partenaires de la coalition actuellement au pouvoir. "Ma plus grande déception à l'égard de ce gouvernement est qu'il ne s'est pas toujours montré cohérent", a glissé Bart De Wever, en se référant notamment aux discussions en cours avec le CD&V concernant la justice fiscale. Le bourgmestre d'Anvers dit ne plus de faire guère d'illusions. "L'ambiance entre la N-VA et le CD&V au sein de la coalition n'est pas au beau fixe. Depuis le début, ça a toujours été comme ça. Et, je pense donc que ça le restera", a-t-il dit.

Lors des élections communales d'octobre 2018, Bart De Wever devra se mesurer à Anvers à la figure de proue du CD&V, Kris Peeters. "Si les gens déménagent spécialement à Anvers, ce n'est clairement pas pour me faire plaisir. Mais, parce qu'ils pensent pouvoir forcer un changement de coalition. L'intention est probablement également présente aux niveaux fédéral et régional", a souligné le président de la N-VA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK