"Le djihad d'amour": l'émouvant message du mari d'une victime des attentats de Bruxelles

"Le djihad d'amour": l'émouvant message du mari d'une victime des attentats de Bruxelles
"Le djihad d'amour": l'émouvant message du mari d'une victime des attentats de Bruxelles - © Tous droits réservés

"Je suis Mohamed el Bachiri, belgo-marocain, musulman et molenbeekois. Avec ce prénom, ces convictions et la triste réputation de ma commune, je suis considéré par une partie de la population comme un terroriste potentiel. Je suis également l'époux de Loubna Lafquiri, décédée lors des attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016."

C'est par ces mots que Mohamed el Bachiri commence son puissant message, adressé face à la caméra lors de la dernière l'émission de l'année de "De afspraak" sur la VRT. Dans un monologue chargé d'émotion, il livre pendant six minutes un message d'ouverture et appelle à un "djihad d'amour".

Ce djihad qui ne cherche pas à imposer sa vérité

Il rend hommage à sa défunte épouse, Loubna, "femme à la beauté inégalable et à la bonté infinie". Et confie qu'aujourd'hui, ""si je me tiens debout, ce n'est que grâce et par amour." C'est pourquoi, il désire "appeler au djihad." Mais attention, précise Mohamed el Bachiri, "pas n'importe lequel des djihads".

"Je parle de ce djihad qui ne connaît pas la haine, ce fardeau pesant qui noircit les coeurs," explique-t-il. "Je parle du plus vrai, du plus beau combat pour un Musulman qui s'oppose à la terreur. Ce djihad qui incite à aller vers l'autre - son frère différent -  pour lui sourire, le comprendre et lui exprimer de l'empathie.  Ce djihad qui aime pour exister, qui cherche l'étreinte pour éteindre les flammes de la rancoeur et qui ne cherche pas à imposer sa vérité. Car comme il est dit dans le Coran: nulle contrainte en religion."

Après une année 2016 sanglante, il propose un "djihad d'amour" qui "devrait être la réponse à ceux qui cherchent à nous diviser et à propager la violence et le terrorisme."

Etre humaniste musulman, c'est arrêter - à un moment - de regarder vers les cieux

Pour Mohamed el Bachiri, il est en effet tout à fait possible de combiner valeurs humanistes et convictions religieuses: c'est être un "humaniste musulman". Il nous livre sa définition: "Etre humaniste musulman, c'est accepter, savourer et considérer comme un privilège le fait de vivre dans la diversité. C'est aussi la capacité de contextualiser certains textes du Coran et notamment les passages guerriers en les considérant comme des récits historiques du 7ème siècle qui ne devraient en aucun cas être utilisés pour faire du mal ou porter atteinte à la vie d'autrui."

Par ailleurs, continue-t-il, "être humaniste musulman, c'est s'intéresser à notre histoire commune: celle de l'Humanité. Avec tous ces grands hommes qui ont fait avancer le monde. Ces hommes de la Grèce antique, de Mésopotamie, de Chine, d'Orient et d'Occident. C'est arrêter - à un moment - de regarder vers les cieux et se tourner vers son prochain: lui sourire et le comprendre. Et si mon prochain est à l'antipode de mes pensées et mes croyances, il a certainement une part de vérité. Car comme disait Héraclite: 'Il y a une vérité dans une chose et son contraire'."

A la veille de la nouvelle année, le message de ce Molenbeekois est clair: "Maudite soit la guerre, maudit soit le terrorisme. (...) Il n'y a pas de choc de civilisation. Mais de magnifiques rencontres."

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir