Le déficit public belge sera en forte augmentation prévoit la Commission européenne

La Commission prévoit un déficit public belge en forte augmentation
La Commission prévoit un déficit public belge en forte augmentation - © Belga

La Commission européenne a prédit ce jeudi un déficit public belge en forte augmentation dans les trois prochaines années, plongeant – à politique inchangée – à 1,7% cette année, 2,3% en 2020 et 2,6% du Produit intérieur brut (PIB) en 2021.

La Belgique, mauvais élève de l’UE

Au printemps, alors que le gouvernement fédéral était déjà en affaires courantes depuis quatre mois, la Commission chiffrait encore ce déficit des finances publiques à 1,3% du produit intérieur brut (PIB), venant de 0,7% l’an dernier. En creusant son déficit, la Belgique fait ainsi figure de mauvaise élève de la classe européenne, alors que la moyenne dans la zone euro est relativement stable (0,7% en 2019, 0,8% l’an prochain et 1% en 2020).

Ces prévisions sont faites à politique inchangée, c’est-à-dire en partant du principe que la situation politique actuelle se prolonge. Si l’on considère les prévisions pour 2021, seules l’Italie (2,7%) et la Roumanie (6,1%) feraient moins bien.


►►► Lire aussi : L’Italie est-elle la bombe à retardement de la Zone euro ?


La faute aux affaires courantes

Le ministre fédéral du Budget David Clarinval a d'ailleurs réagit suites aux déclarations de la Commission européenne. Dans un communiqué, il estime que "cela démontre bien, s’il en était encore besoin, l’absolue nécessité de mettre sur pied le plus rapidement possible un gouvernement de plein exercice. On a assez perdu de temps ! La reprise d’un assainissement compatible avec une politique de relance de l’emploi et de poursuite de réformes structurelles de l’économie devra impérativement figurer au programme de la prochaine équipe, afin que les efforts courageux du passé ne soient pas vains". "  "Dans l’intervalle, il est primordial de ne pas aggraver la situation en se lançant dans des aventures budgétaires de dépenses nouvelles qui ne s’inscriraient pas dans un cadre global et responsable", conclut le ministre.

Pour cette année, ce sont la France (3,1%) et la Roumanie (3,6%) qui dépasseraient la barre des 3%. La croissance belge, quant à elle, serait particulièrement stable mais également faible : 1,1% cette année, 1% en 2020 et de même en 2021. Ces trois dernières années, elle était de 1,5%, 2% et 1,5%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK