Le décret sur le service minimum aux TEC rejeté en commission

Pas de majorité pour instaurer un service minimum aux TEC
Pas de majorité pour instaurer un service minimum aux TEC - © Archive BELGA /VIRGINIE LEFOUR

La Commission des Transports du parlement wallon a rejeté mardi deux propositions de décret instaurant le service minimum dans les TEC. L'une d'elles était pourtant l'oeuvre du cdH, dans la majorité en Wallonie.

Le débat agite régulièrement la classe politique régionale. Le MR plaide depuis longtemps pour l'instauration d'un service minimum en cas de grève dans les transports en commun wallons. En 2005, le ministre des Transports de l'époque, André Antoine (cdH), s'était lui aussi avancé dans cette voie, dans le cadre du contrat de gestion des TEC, sans aboutir à un résultat.

En mai 2012, le cdH a relancé l'idée en déposant une proposition de décret qui mise sur la concertation sociale. Le texte a été examiné mardi en même temps qu'une proposition du MR.

L'initiative répond à "une grande attente de la population", a expliqué le chef de groupe cdH, Maxime Prévot, qui a avoué toutefois ne pas se faire beaucoup d'illusion sur le vote, ni même jouir du soutien de tout son parti. "J'estime ne pas parler ici au nom de tout le cdH mais des co-signataires", a-t-il lâché.

Les centristes ont reçu le soutien du MR qui a fait de cette revendication l'une de ses priorités.

"Etes-vous prêts à discuter d'une attente fondamentale de la population ou restez-vous accrochés à une position doctrinaire? " a lancé Willy Borsus à l'adresse des socialistes et des écologistes.

Blocage du PS et d'Ecolo

Le PS et Ecolo ont toutefois maintenu leur attitude et rejeté la démarche. Le ministre écologiste des Transports, Philippe Henry, a jugé qu'elle relevait de l'"incantation".

A ses yeux, dans les transports publics wallons, le service minimum est inapplicable en raison du taux de syndicalisation très élevé des agents et impliquerait pratiquement d'assurer un service presque normal à certaines heures. Il risquerait en outre de détériorer les relations sociales au sein des TEC.

"S'il est adopté, on retourne dix ans en arrière dans le dialogue social", a-t-il averti.

"Le solution, c'est le dialogue social, et c'est ce que le ministre est en train de faire", a souligné Hugues Bayet (PS).

La proposition du cdH a reçu le soutien du MR mais a été rejetée par le PS et Ecolo. La proposition MR a quant à elle été rejetée par la majorité PS-Ecolo-cdH.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK