Le décret inscription a-t-il échoué ?

Le décret inscription a t-il-échoué ?
Le décret inscription a t-il-échoué ? - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Depuis le premier décret inscription en 2007, l’objectif principal n’a pas changé.  Il s’agit d’améliorer la mixité sociale dans les écoles en instaurant une procédure transparente. Autrement dit, lutter contre le fossé qui sépare des écoles " de riches " ou " élitiste " des écoles " de pauvres " ou " ghetto ".

Très durement critiqué depuis son lancement, il continue à diviser. Depuis 10 ans, son efficacité fait débat. Récemment, une étude universitaire a démontré que le décret inscription pousse les parents à faire des classements stratégiques au moment de donner leurs écoles de préférence. Conséquence, cela favorise les parents les mieux informés.

Il y a quelques mois, la Commission de pilotage du système éducatif en Fédération Wallonie-Bruxelles a dressé elle aussi un bilan contrasté du décret inscription. Dans ses conclusions, on retrouve l’objectif de transparence. Par contre, le décret est jugé trop complexe et surtout il ne semble pas avoir modifié profondément la mixité dans les établissements scolaires.

Faut-il en finir avec le décret inscription ? Faut-il l’améliorer ou le supprimer ? Comment enfin parvenir à plus d’égalité à l’école ?

Bertrand Henne reçoit autour de la table de "Débats Première", ce mardi 8 mai dès 12h30 sur La Première, Laurent De Briey, chef de cabinet de la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns, Gilles Grandjean, professeur et chercheur à l’université Saint-Louis, co-auteur d’une étude sur le sujet pour la revue Regards économiques et Patrick Dekelver, directeur de l'Institut des Sacrés-Cœurs de Waterloo et président de l’ADIBRA (Association des directeurs de l’Enseignement Secondaire Catholique de Bruxelles et du Brabant).

Une émission à (re)voir ici:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK