Le décès de Fabiola vu de l'étranger: réactions

Réactions à l'étranger: Fabiola
Réactions à l'étranger: Fabiola - © informacion

A l'étranger aussi la disparition de la reine Fabiola a rapidement la une de l'information, notamment en Espagne, son pays d'origine, où tous les journaux titrent sur son décès. Un peu partout, le ton est à l'hommage pour celle qui est considérée comme "la reine préférée" des Belges, voire leur "mère".

Moins d'une heure après le communiqué officiel du Palais royal, les principales agences de presse des pays proches avaient repris la nouvelle. Les pays voisins, France et Pays-Bas en tête, ont donné une place de choix à l'annonce du décès dans les journaux télévisés.

La nouvelle a fait la une en France : France 2 a ouvert son journal de 20h sur l'info, avec le chroniqueur royal français Stéphane Bern qui a été parmi les premiers à exprimer ses condoléances sur le réseau social Twitter, d'un sobre "Tristesse d'apprendre la disparition de la reine Fabiola de Belgique".

En Espagne, ABC souligne le fait fondamental pour la monarchie belge que représente le mariage de Fabiola Mora y Aragon avec le roi des Belges mais aussi les critiques concernant les dispositions successorales de Fabiola. Un épisode également épinglé par El Pais qui constate que son état de santé s'était dégradé. Pareil dans El Mundo qui note qu'elle n'apparaissait plus beaucoup en public.

"L'Espagnole mère de tous les Belges", c'est ainsi que la qualifie le site espagnol informacion.com qui rappelle aussi que son mariage avec Baudouin fut la première émission en direct de l'étranger retransmise à la télévision espagnole.

Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung estime que c'était "la plus aimée des reines belges".

La RAI rappelle que son époux, le défunt roi Baudouin, était aussi le favori des Belges.

Au Portugal, Diario de Noticias souligne aussi le lien d'affection particuliers qui existait entre Fabiola et son neveu  le roi Philippe.

@jfherbecq avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK