Sortie du nucléaire en Belgique: Elia craint que notre pays ne soit pas prêt à temps

Le débat sur la fermeture des centrales nucléaires pourrait être relancé en Belgique
Le débat sur la fermeture des centrales nucléaires pourrait être relancé en Belgique - © ERIC LALMAND - BELGA

Selon une étude qu'Elia va présenter ce vendredi, le débat sur la fermeture des centrales nucléaires pourrait être relancé en Belgique. Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité se fait du souci. Pour lui, il est grand temps de prévoir cette sortie du nucléaire.

Pour l'instant, il semble que  les autorités soient aveuglées par la lumière et oublient toute notion de l'obscurité.

Selon Elia, la Belgique aura besoin en 2025 de 3900 mégawatts de capacité supplémentaire pour pallier la fermeture des centrales nucléaires.

Plus question d'emprunter chez le voisins

Une capacité supplémentaire qui augmente, notamment parce que nos voisins ne pourront plus nous aider. La France va aussi fermer des centrales. Et l'Allemagne fermera en 2022 ses dernières centrales nucléaires.

Autrement dit, plus question d'emprunter chez nos grands voisins.

Le calendrier, selon Elia, paraît bien sombre. Dans un peu plus de trois ans, la première centrale fermera en Belgique : Doel 3. Ce sera ensuite Tihange 2. 2000 mégawatts partis.

Bien sûr il existe un processus de remplacement notamment par le biais de centrales au gaz, mais il faut du temps pour les construire ou les moderniser. D'où l'inquiétude pour l'avenir.

L'alternative est donc claire : une prolongation d'une ou deux centrales nucléaires ou alors des décisions rapides pour les solutions de remplacement. Et Elia de se demander si la Belgique sera prête.

"Nous serons prêts pour lancer les premiers marchés publics en 2021"

De son côté, Marie Christine Marghem, ministre fédérale de l'Énergie veut relativiser : "On peut toujours s'inquiéter, tout le monde s'inquiète. Vous savez, c'est une posture.Il faut rester raisonnable. Elia sait très bien, La GREG (Commission de Régulation de l'Électricité et du Gaz, ndlr) aussi, mon administration, mon cabinet et tous ceux qui travaillent dans le comité de suivi 'mécanique de rémunération de la capacité' que si nous continuons à travailler comme nous le faisons maintenant, nous serons prêts pour lancer les premiers marchés publics en 2021, c'est le but"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK