Le covoiturage : un succès ?

Suite à l'annonce de fermeture du viaduc Herrmann-Debroux, les ministres vantent une solution: le covoiturage. Sauf que le Belge ne se montre pas très partageur. Le recours au covoiturage est faible chez nous. La Belgique serait d'ailleurs l'un des plus mauvais élèves européens. C'est, en tout cas, ce qu'affirme le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio. En moyenne, dans une voiture belge, il y a 1,3 passager. Et, en pleine heure de pointe, trois voitures sur quatre sont occupées par une seule personne. Mais, en augmentant le nombre de covoiturages, il est possible de diminuer fortement les embarras de circulation. 10% des automobilistes seuls en moins permettraient de diminuer les fils de 40%. Et 25% en moins mettrait un terme aux bouchons. Alors ça, c'est en théorie parce que dans la pratique, le covoiturage ne séduit et serait même en baisse. Entre 2005 et 2014, il a diminué d'au moins un tiers dans toutes les régions. La Belgique est passée de 4,7% à 2,9%, soit une diminution de 38%.

Ne pas changer ses habitudes...

Mais qu'est-ce qui rend les Belges si frileux ? Le Belge tient à son confort. Les horaires flexibles se répandent de plus en plus. De nombreux travailleurs ne souhaitent pas devoir attendre leur collègue pour rentrer chez eux. Il existe aussi une barrière psychologique. C'est dans la mentalité du Belge de conduire seul. Le Belge voit sa voiture comme un prolongement de sa sphère privée. Et puis, beaucoup ont des voitures de société. De quoi réduire les avantages du covoiturage et ne pas avoir besoin de partager ses coûts, pris en charge par son employeur.

La Belgique n'offre pas vraiment de structures adaptées même si des efforts sont réalisés. La Wallonie, par exemple, met à disposition près de 2000 places de parking gratuites à proximité des grands axes. L'idée a été mise sur la table par le ministre wallon de la Mobilité de réserver la bande d'arrêt d'urgence sur la E411 aux véhicules avec au moins trois passagers à bord. Après un blocage côté flamand, une phase de test devrait normalement débuter d'ici fin 2018, au plus tôt...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK