Le Covid safe ticket en Wallonie : obligatoire dès la mi-octobre pour l’HoReCa, les discothèques, les spectacles, les hôpitaux, les centres sportifs, les maisons de repos et les événements festifs

Le gouvernement wallon vient de décider qu’un Covid safe ticket (CST) soit utilisé dans tous les secteurs HoReCa, discothèques, spectacles, les centres sportifs (à l’exception des sports en extérieur en dessous de 200 personnes) et les centres de fitness, les hôpitaux, maisons de repos, maisons de repos et de soins, événements festifs.

Le CST deviendra également obligatoire en intérieur à partir de 50 personnes et 200 en extérieur. Il est par ailleurs précisé qu’en dessous de ces jauges, le CST peut être utilisé sur base volontaire pour les foires commerciales et congrès, les établissements du secteur culturel, récréatif et festif et les évènements de masse.

Le Covid safe ticket devient obligatoire dans une vingtaine de jours, dès qu’un décret sera voté au Parlement wallon. Mais il doit d’abord être envoyé au Conseil d’État ainsi qu’à l’Autorité de Protection des Données pour avis. Mi-octobre donc. Jusqu’au 31 décembre sauf si la situation sanitaire s’améliore.

C’est ce qu’explique le ministre-président Elio DI Rupo à la sortie des discussions. Les moins de 16 ans ne sont pas concernés sauf dans les hôpitaux, les maisons de repos et les maisons de repos et de soins où un covid safe ticket sera exigé à partir de 12 ans. Quant au masque, il ne sera plus obligatoire dans les lieux contrôlés par le CST. Entre-temps, il faudra discuter avec tous les professionnels du secteur HoReCa notamment.

 

La Wallonie a un niveau de vaccination estimé comme relativement faible par les autorités. Il faut donc faire mieux. C’est donc un moyen de contrôler la circulation du virus. Grosso modo, la Wallonie prend les mêmes mesures que Bruxelles. En parallèle, le gouvernement wallon a démultiplié les lieux de vaccination.

Notons enfin que les bourgmestres restent compétents pour prendre des mesures plus restrictives s’ils considèrent que la situation sanitaire le nécessite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK