Le Covid, maladie professionnelle pour 17.000 travailleurs, essentiellement des femmes

Le Covid-19 a été reconnu comme maladie professionnelle pour le personnel soignant salarié, mais pas seulement. Cette reconnaissance a été élargie au personnel des secteurs dits essentiels et cruciaux, mais dans ce cas uniquement pour la période du premier confinement, le printemps dernier.

17.000 cas

Selon les derniers chiffres publiés par FEDRIS, l’agence fédérale des risques professionnels, près de 17.000 cas ont été déclarés jusqu’ici. 

Selon les derniers chiffres connus de FEDRIS, la toute grosse majorité on la retrouve dans le secteur des soins de santé. Quelques 8900 cas ont été déclarés par les méedecins du travail et 8100 autres demandes enregistrées directement par les travailleurs concernés...  Toute ces demandes n'ont pas encore été traitées.

On est loin de tels chiffres par contre pour les travailleurs des  secteurs cruciaux et essentiels..ici on ne comptabilise que 340 demandes et déclarations. Alors Comment expliquer une telle distorsion? La période couverte bien sûr.. puisque pour ces secteurs, seuls sont pris en compte les deux mois du premier confinement. Cela reste très limité puisque la décision d'élargir ce droit à ces secteurs n'est tombée qu'au mois de juin, après donc la période prise en compte pour pouvoir bénéficier de cette mesure.. Un décalage qui explique sans doute aussi ces chiffres. Côté syndical, on demande en tout cas de réactiver cette possibilité pour la nouvelle pérdiode de confinement  dans laquelle on se trouve actuellement

 

Un précédent décompte, arrêté à la mi-octobre, faisait état alors de  8000 cas, et son analyse était alors plus détaillée.

La toute grosse majorité concerne le secteur des soins de santé : soit un total de 7930 déclarations pour maladie qui ont été introduites à la mi-octobre par des conseillers en prévention ou des médecins du travail.

Par ailleurs, on compte déjà 6400 demandes d’indemnités introduites auprès de FEDRIS, des indemnités qui ne peuvent intervenir qu’après une incapacité de travail de plus de 15 jours.

Le Hainaut a enregistré le plus grand nombre de demandes.

Une partie seulement de ces demandes a déjà été examinée.

Une très grande majorité de femmes touchées

84% des demandes concernent des femmes et 16% des hommes.

Le nombre de demandes augmente avec la tranche d’âge, le nombre de demandes étant le plus élevé pour les personnes âgées de 50 à 54 ans.

En ce qui concerne les demandes du secteur privé, 51% viennent de Flandre, 38% de Wallonie, 8% de Bruxelles-Capitale et 3% de l’étranger.

En ce qui concerne les demandes provenant du secteur des Administrations Provinciales et Locales (APL) : 27% viennent de Flandre, 65% de Wallonie, 11% de Bruxelles-Capitale et 2% de l’étranger.

Sur ces 6412 demandes, 1817 ont déjà fait l’objet d’une décision.

Pour 1190 demandes, une décision a été prise accordant une période d’incapacité temporaire. Dans 71% de ces décisions, la période d’incapacité est comprise entre 2 et 4 semaines. Pour 16% de ces décisions, l’incapacité temporaire dure entre 4 et 6 semaines.

Dans 8% de ces décisions, l’incapacité temporaire dure entre 6 et 9 semaines et dans 4% des cas, plus de 9 semaines.

Pour 474 demandes, le remboursement des soins de santé a été accordé, tels que des hospitalisations, des médicaments, des consultations de médecins généralistes et spécialistes, des radiographies des poumons, des passages d’urgence ou des factures de laboratoire.

Il reste à voir si les 17.000 cas comptablisés actuellement confirment cette tendance précédente.

 

Les travailleurs salariés (du secteur privé et des administrations provinciales et locales) concernés peuvent s’adresser au FEDRIS.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK