Le Covid-19 fait reculer modérément les exportations wallonnes

Depuis la crise Covid-19, les missions économiques princières sont suspendues
Depuis la crise Covid-19, les missions économiques princières sont suspendues - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Les exportations font vivre 3 Wallons sur 10. Du coup, on scrute avec attention les résultats semestriels des entreprises sur les marchés étrangers. Surtout depuis que le Covid-19 est apparu.

Dans ces circonstances, on imagine que le début 2020 doit être catastrophique. Mais la baisse n’est pas aussi dramatique qu’attendu. Le recul est de 6,3% par rapport à l’année dernière… qui était un cru exceptionnel.

Bonne résistance

C’est donc un recul moins grave qu’attendu et moitié moins important que nos voisins. La Flandre, par exemple enregistre -10,7%. Deux raisons expliquent cette résistance. D’abord le fait que la Wallonie exporte énormément de produits pharmaceutiques. Et ce secteur-là reste très actif. Et puis le fait que la demande sur les marchés lointains (où la part des exportations wallonnes a grandi) a moins fléchi que dans la zone Euro.

Les aides sont réorientées

Le choc est donc moins rude. Mais pour la suite, rien n’est sûr. Raison pour laquelle les aides sont renforcées et les règles de subsidiation assouplies. Les budgets initialement consacrés aux missions de prospection à l’étranger ont été réorientés. Des experts sont mis au service des entreprises exportatrices et la Sofinex est mobilisée pour leur octroyer prêts et garanties.

Et le reste de l’année ?

Ce sont quelques exemples d’une batterie d’aides activées par la Région pour relancer la machine tant il est vrai que rien ni personne ne peut encore prévoir quand et comment l’activité classique de prospection des marchés étrangers pourra reprendre. Les carnets de commandes qui donnent une idée de l’orientation des prochains mois ne permettent pas, à ce jour, de prévoir la reprise ou la stagnation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK