Le "coup" du cdH: "Il n'y a eu aucun contact" dit Chastel, "de l'hypocrisie totale" pour Demotte

Un "coup de poker" ou un "coup de maître", savamment préparé? Peut-on vraiment penser que le cdH en général et son président Benoît Lutgen en particulier, se soient lancés dans cette "invitation" aux autres partis à former de nouvelles majorités sans le PS sans les avoir du tout consultés?

Pour le politologue du CRISP Jean Faniel, interrogé sur Matin Première, il est évident qu'il y a une part de "coup", de "pari" dans la démarche: "On a bien vu que les autres acteurs avaient été pris à froid, sans avoir été concertés, ou en tout cas sans tous avoir été concertés."

Pas tous: car "on sent que les autres acteurs qui vont être indispensables à la formation de majorités alternatives, au moins en Communauté française et à Bruxelles, comme DéFI ou Ecolo n’ont pas été concertés, et découvrent la stratégie du cdH. Le MR, indispensable pour créer ces nouvelles majorités a-t-il été prévenu ou pas ? On ne le saura probablement pas", analyse-t-il.

Surprise réelle ou hypocrisie?

Interrogé à ce sujet, le président du MR Olivier Chastel a répété par deux fois à Thomas Gadisseux que "non, il n'y avait eu aucun contact préalable":  "Quand le président du cdH, vers 13 heures hier, m'a téléphoné pour m'annoncer ce qu'il allait faire, je dois effectivement vous avouer que ça a été la surpriseOn avait mesuré la semaine dernière un certain nombre de tensions par contre entre les deux partenaires, particulièrement au Parlement wallon. Mais ceci dit, des tensions entre partenaires on en connaît, on en connaît d'ailleurs à tous les niveaux de pouvoir", affirme-t-il, précisant: "Et donc ça a été pour nous hier, et nous étions tout le bureau politique réuni, beaucoup d'interrogations aussi".

Interrogé sur la confiance qu'on peut avoir en un partenaire qui vient de trahir le précédent, il dira même: "La manière est sotte, indiscutablement. Ceci dit, on est devant une situation aujourd'hui et on doit pouvoir y faire face".

Une version en laquelle le ministre-président PS de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, ne croit pas du tout: "Je suis tout à fait convaincu qu'il y a eu des contacts préalables entre le cdH et le MR, a-t-il déclaré sur Matin première. On ne va pas m'expliquer que Benoît Lutgen est arrivé comme ça, 'Tiens, on va débrancher la prise, on verra bien ce qui se passe. Non, ça c'est de l'hypocrisie'".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir