Le contrôleur aérien Belgocontrol change de nom et devient Skeyes

Le contrôleur aérien Belgocontrol change de nom et devient Skeyes
Le contrôleur aérien Belgocontrol change de nom et devient Skeyes - © THIERRY ROGE - BELGA

Belgocontrol, l'organisme chargé du contrôle aérien en Belgique, cesse d'exister. Il change en effet de nom et deviendra Skeyes dès ce jeudi, annonce-t-il mercredi soir. L'entreprise publique autonome fête ses 20 ans d'existence cette année et profite de cet anniversaire et de sa nouvelle culture d'entreprise pour changer d'identité.

Belgocontrol a vu le jour en 1998 lorsque la Régie des Voies aériennes s'est muée en cette entreprise publique autonome. Celle-ci appartient à 100% à l'Etat fédéral mais opère de manière totalement indépendante. Elle assure la sécurité du trafic aérien dans les aéroports nationaux et régionaux, ainsi que du trafic aérien en approche et en survol dans l'espace aérien belge. Ses contrôleurs aériens ont géré environ 20 millions de vols au cours des 20 dernières années.

Son nouveau nom "Skeyes se réfère bien entendu à l'espace aérien et aux yeux des contrôleurs aériens qui sont rivés sur celui-ci. Mais cela fait également référence au regard que l'entreprise porte sur les gens: les passagers, les clients et les stakeholders", explique l'entreprise.

Belgocontrol entend garder les yeux ouverts sur leurs intérêts et leurs souhaits à travers tous ses départements. "Skeyes regarde vers l'avenir et va de l'avant: un avenir durable pour l'entreprise tout en veillant à la viabilité du trafic aérien et de notre planète", ajoute-t-elle.

Pour Johan Decuyper, l'administrateur délégué de l'organisme, ce changement de nom n'est qu'une étape, certes importante, dans l'histoire de l'entreprise. "Nous ne sommes maintenant qu'au tout début des défis qui nous attendent: nous devons rester fermes dans l'environnement concurrentiel international du contrôle du trafic aérien. Je suis cependant convaincu que nous sommes armés face à cet avenir", affirme-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK