La famille Chovanec se dit satisfaite des recommandations du Conseil supérieur de la Justice

Le Conseil supérieur de la Justice s'est prononcé sur le déroulement de l'affaire Chovanec : la famille se dit satisfaite
Le Conseil supérieur de la Justice s'est prononcé sur le déroulement de l'affaire Chovanec : la famille se dit satisfaite - © Tous droits réservés

La famille de Jozef Chovanec s'est dite satisfaite vendredi du rapport du Conseil supérieur de la Justice (CSJ), qui a émis des remarques critiques sur le déroulement de l'enquête et le fonctionnement du système judiciaire. Cela s'est traduit par dix recommandations. "La famille espère que les différentes recommandations seront maintenant réellement mises en pratique afin que ce rapport ne reste pas lettre morte", a précisé la famille dans une réponse par l'intermédiaire de leur avocate, Ann Van de Steen.


►►► Lire aussi: Aucune "tentative de dissimulation" selon l'enquête sur le décès de Jozef Chovanec


Le CSJ a publié les résultats de son enquête jeudi soir après s'être penché sur l'enquête judiciaire concernant la mort de Jozef Chovanec fin février 2018 à la suite d'une intervention policière à l'aéroport de Charleroi. Le CSJ déclare qu'il n'a "pas constaté de volonté d'une quelconque autorité judiciaire de cacher un fait ou un élément".

"La famille Chovanec est consciente que le rôle du CSJ est d'analyser le fonctionnement général du système judiciaire et, étant donné que l'enquête judiciaire est toujours en cours, elle n'est pas en mesure de se prononcer sur le fond de l'affaire. Le Conseil supérieur de la Justice n'est ni un juge du fond ni un organe disciplinaire dans cette affaire", précise la déclaration.

Des remarques critiques sur le déroulement de l'enquête

Malgré ces limites, la famille "note avec satisfaction que le CSJ fait des remarques critiques sur le déroulement de l'enquête et le fonctionnement du système judiciaire, ce qui a donné lieu à dix recommandations".

Elle estime qu'on "ne peut ignorer, par exemple, que le Conseil supérieur de la Justice prend acte du fait que la partie civile a adopté une position particulièrement active dans l'affaire, dès le début de celle-ci. C'est donc elle qui a dû ouvrir l'enquête judiciaire. Malgré le fait qu'un homme soit mort dans une cellule de police, le parquet n'a pas pris l'initiative", insiste la famille. "Le CSJ recommande une évaluation des lignes directrices et des pratiques existantes dans ce domaine", ajoute-t-elle.

La famille espère que les recommandations seront désormais mises en pratique de manière efficace.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK