Le Conseil supérieur de l'Emploi prévoit que 43000 emplois seront créés en 2016

Le ministre de l'Emploi Kris Peeters
Le ministre de l'Emploi Kris Peeters - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L'année 2016 devrait se marquer par la création de 43 000 emplois, selon les prévisions du Conseil supérieur de l'Emploi (CSE) présentées mercredi. L'an dernier, quelque 41 000 emplois ont été créés. En 2018, le nombre de demandeurs d'emploi devrait dès lors diminuer de 55 000 unités, soit un taux de chômage passant de 8,6% à 7,6%. Cette baisse vaut pour toutes les catégories d'âge.

Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), s'est réjoui de cette annonce, y voyant les effets positifs du "tax shift" du gouvernement fédéral.

Dans les années qui viennent, le gisement d'emploi se trouvera du côté numérique, indique le CSE dans son rapport annuel. Entre 2000 et 2011, l'emploi dans le secteur de la haute technologie a crû de 22,3% contre une croissance limitée à 8,6% dans les secteurs sans lien avec la haute technologie. Les professions dans ce secteur représentaient déjà il y 5 ans 12,2% des emplois en Belgique, soit près de 500.000 travailleurs.

Train à grande vitesse

"Ce train file à grande vitesse et nous ne pouvons pas le rater", a expliqué Kris Peeters (CD&V).

Cette évolution touchera défavorablement les personnes peu qualifiées vu la numérisation croissante des emplois. Le CSE adresse diverses recommandations à l'égard des pouvoirs publics et des entreprises, non seulement en suggérant de stimuler la requalification et l'outplacement en cas de restructuration mais aussi à plus long terme par le développement des points d'accès publics, l'intégration du numérique dans le parcours scolaire et la carrière professionnelle ou la collaboration avec les entreprises du secteur numérique pour promouvoir les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).

Des adaptations devront également voir le jour dans le droit social, en prenant en compte les trajectoires mixtes (salarié/indépendant) mais aussi par une plus grande flexibilité ou la mise en avant du dialogue social au niveau de l'entreprise.

Le ministre de l'Emploi enverra un courrier aux partenaires sociaux pour qu'ils étudient des pistes concrètes permettant de répondre à ce nouveau défi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK