Le Conseil communal tourne court à Linkebeek faute de quorum

Le Conseil communal tourne court à Linkebeek faute de quorum
4 images
Le Conseil communal tourne court à Linkebeek faute de quorum - © FILIP DE SMET - BELGA

Conseil communal sous tension et écourté ce lundi soir à Linkebeek : après la nomination d'un bourgmestre de l'opposition, Eric De Bruycker (Prolink), par la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA) à la place du bourgmestre non nommé Damien Thiéry (MR), la séance n'a guère duré plus d'une demi heure en présence de trois cents à trois cent cinquante personnes qui n'ont pas toutes pu accéder à la maison communale.

La séance s'est déroulée dans un certain chahut en présence de citoyens linkebeekois venus pour soutenir leur ex-bourgmestre qui présidait la séance, d'anciens bourgmestres FDF, comme Martine Payfa, mais aussi de militants du TAK (TaalAktieKomitee). Au-delà des applaudissements ou des cris de réprobation, selon le camp des partisans, la soirée n'a été émaillée d'aucun incident significatif.

Les conseillers communaux de la majorité jugent anti-démocratique la nomination d'un bourgmestre sans majorité. L'échevin Yves Ghequiere a pris la parole pour reprocher au nouveau bourgmestre de s'être précipité pour prêter serment lundi matin, sans même avoir consulté la nouvelle majorité pour vérifier s'il était possible de collaborer, conformément à son propre voeu.

Quatre points à l'ordre du jour ont pu être votés avant que les conseillers communaux francophones ne quittent la séance vers 20H30, y mettant fin, faute de quorum.

Eric De Bruycker a constaté ne pas pouvoir compter comme il l'espérait sur le soutien de la majorité francophone et juge que la séance de ce lundi n'était pas représentative d'un conseil communal.

"Deuxième guerre mondiale"

Plus tôt dans la journée, il avait souligné que "la ministre a pris une décision qui ne s'était plus vue depuis la seconde guerre mondiale." faisant référence à la nomination par l'occupant à Bruxelles en 1942 d'un collaborationniste Jan Crauls. Une sortie à laquelle la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans a répliqué par tweet que "le respect des arrêts du Conseil d'Etat et des lois n'est pas un acte fasciste et n'a rien à voir avec la Deuxième guerre mondiale".

La commune a un nouveau bourgmestre depuis la prestation de serment d'Eric De Bruycker, membre néerlandophone de l'opposition, nommé dimanche par la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans.

A son arrivée au siège du MR, Damien Thiery a dénoncé une décision "scandaleuse et anti-démocratique". A ses yeux, Liesbeth Homans (N-VA) a choisi la plus provocante des deux possibilités légales qui se présentaient à elle, l'autre étant le statu quo qui n'a pas empêché la commune de bien fonctionner depuis 2007. Damien Thiéry a répété que, ce faisant, la ministre avait créé une situation inédite depuis la Seconde guerre mondiale.

Le réformateur a enfin estimé que ce problème entre une commune et une Région ne concernait pas le fédéral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK