Le comité ministériel espère boucler le budget ce week-end

La régularisation financière pour entamer les débats budgétaires de ce week-end.
La régularisation financière pour entamer les débats budgétaires de ce week-end. - © AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

L'équipe Di Rupo a repris samedi matin vers 11h30 ses discussions pour boucler le budget 2013, relancer l'économie et soutenir la compétitivité des entreprises. Il est question de modifier le "thermomètre" de l'index, de supprimer un jour férié légal, voire d'un allongement du temps de travail à 40 heures dans les PME.

A leur arrivée à la résidence du chef de gouvernement, plusieurs négociateurs affichaient un certain optimisme quant à une conclusion ce week-end des discussions budgétaires qui traînent depuis près d'un mois à présent.

"On a trouvé le chemin hier (vendredi)", a confié le ministre du Budget, Olivier Chastel, "même s'il est difficile de dire si l'on voit déjà la lumière au bout du tunnel. Le Premier ministre a dégagé une voie qui permet de remettre les six familles politiques autour de la table pour boucler le budget 2013 et retrouver des moyens de compétitivité", s'est-il félicité.

Réduire le coût du travail

Après le "choc de compétitivité" réclamé vendredi par le patronat, le comité ministériel restreint examinera ce samedi plusieurs pistes non budgétaires pour réduire le coût du travail.

La révision de la loi de 1996 sur l'évolution des salaires en Belgique, proposée depuis mercredi, est ainsi toujours au menu. De plus, s'il ne sera procédé à aucun saut d'index, le mécanisme pourrait néanmoins être adapté pour "représenter la consommation réelle des gens", a dit le ministre des Finances, Steven Vanackere.

Modifier le "thermomètre" de l'index

"Il faut s'assurer que le thermomètre fonctionne bien", a-t-il plaidé. Comment? En tenant mieux compte à l'avenir des achats importants réalisés en période de soldes, lorsque les prix sont bradés, ainsi que des quantités -et pas seulement des prix- des 'produits blancs' vendus dans le commerce, a expliqué de son côté le ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte.

Une réorganisation du travail est également dans les cartons. Certains évoquent ainsi la suppression d'un jour férié légal, ce qui est toutefois loin de faire l'unanimité, voire un allongement du temps de travail à 40 heures dans les petites entreprises, mais en concertation avec les travailleurs.

De son côté, outre un effort sur l'évolution salariale et l'organisation du travail, le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a évoqué de possibles mesures pour faciliter l'accès au crédit, ou maîtriser le coût énergétique des entreprises.

Le comité restreint espère boucler l'épineux dossier ce week-end. La semaine prochaine sera en effet chargée sur le plan européen, avec un long sommet programmé dès jeudi sur le prochain cadre financier pluriannuel (2014-2020).

Le ministre des Affaires étrangères a d'ailleurs jugé qu'il serait bon, pour l'image du pays, que la Belgique puisse participer à sommet avec un budget 2013 bouclé.

500 millions auraient été dégagés vendredi pour la relance

Selon les informations recueillies après la réunion de vendredi, les discussions avaient surtout porté sur les dépenses primaires et sur la proposition de révision de la loi de 1996 sur la compétitivité et son volet norme salariale. Selon certaines sources, on aurait dégagé quelque 500 millions d'euros pour la relance. Ces moyens proviendraient d'économies supplémentaires réalisées notamment dans les soins de santé et la sécurité sociale mais aussi de recettes fiscales nouvelles puisque les pistes du saut d'index, de l'augmentation de la TVA et de la cotisation spéciale de crise ont été abandonnées.

Le gouvernement espère aboutir ce week-end

Il a été convenu que les ministres reprendront leurs discussions ce samedi en reparlant de la régularisation financière avant de reprendre le budget proprement dit et les discussions sur les dépenses. Le gouvernement espère aboutir ce week-end. L'agenda de la semaine prochaine sera en effet dominé par les réunions européennes.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK