Le Comori met le turbo avant la trève de Pâques

Jean-Michel Javaux, le membre Ecolo du COMORI
Jean-Michel Javaux, le membre Ecolo du COMORI - © RTBF

Le COMORI (pour COmité de Mise en Oeuvre des Réformes Institutionnelles), un groupe réunissant le Premier ministre, les vice-premiers, le ministre des Réformes institutionnelles et les présidents des 8 partis signataires des accords communautaires, s’est réuni ce lundi après-midi au Lambermont, la résidence de fonction d'Elio Di Rupo. Ce groupe a pour tâche de traduire en textes législatifs les accords conclus.

A l’agenda du COMORI figure la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde et les dossiers liés. Les réunions s'enchaînent car il faut faire vite, ou en tout cas tenir le rythme. Les accords communautaires ont été conclus fin 2011, il faut à présent les traduire, avec l'aide d'experts, en textes de lois. On s'est vu vendredi, puis ce lundi et une nouvelle rencontre est prévue mercredi.

Pour atterrir le plus vite possible sur la "première séquence", le premier train de mesures de réforme de l'Etat. Laurette Onkelinx, PS, estime qu’on "a beaucoup avancé sur BHV électoral et sur BHV judiciaire, sur le financement de Bruxelles". Mais pour Benoît Lutgen, cdH, "il faut aller vite, mais avec la précision et l’équilibre nécessaires pour respecter pleinement les accords". On relit donc minutieusement les textes, plusieurs dizaines de pages, comme l’indique Charles Michel pour le MR : "On engrange des accords sur les différents points, mais il y a probablement encore quelques heures de travail pour pouvoir finaliser cette première lecture". Jean-Michel Javaux, Ecolo, ajoute : "Je crois que c’est très, très important de respecter sa parole, de toujours comprendre ce que l’autre veut. Mais évidemment d’être ferme sur ses positions par rapport à ce qui a été conclu et négocié. Donc il y a des accords et il faut respecter les accords".
 
Rien ne fuite pour l'instant du contenu des débats, ce qui est généralement plutôt bon signe. Le tout sera à déposer au parlement avant les vacances de Pâques, pour impression et consultation du Conseil d'Etat. Pour des débats parlementaires après les vacances de Pâques et un vote avant l'été. Car le parlement part en congé du 21 juillet à début octobre. Et en octobre, il y aura les élections communales. Il vaut mieux affronter l'électeur et la N-VA, qui attend au tournant, avec des munitions et des résultats et votes concrets déjà sur la prochaine réforme de l'Etat.

Fabien Van Eeckhaut

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK