Le comité de concertation s'est concerté... sans s'accorder

Réunion du comité de concertation du 27 mai 2015.
Réunion du comité de concertation du 27 mai 2015. - © ERIC LALMAND - BELGA

Réuni dès 8 heures ce mercredi au Lambermont, le comité de concertation, qui rassemble autour de la table gouvernement fédéral, Régions et communautés, tentait une nouvelle fois de se coordonner sur les principales orientations du pays.

À leur sortie aux alentours de 10 heures, les différents acteurs mettaient en avant une volonté de davantage travailler ensemble, avec une meilleure coordination entre les pouvoirs locaux et le fédéral notamment en matière de radicalisation. Une réunion sans résultats concrets, mais qualifiée de "constructive".

"Une table des matières"

"On a eu l'occasion de déployer une table des matières où on a posé les questions sur lesquelles nous devons nous accorder – en matière d'information, de culte, de suivi avec les bracelets électroniques, a commenté le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS). On a senti que le Premier ministre était attentif de son côté. Nous avons également aborder la question de coopération par exemple dans l'univers carcéral, où on sait que Justice et matières de prévention se croisent."

"J'ai mis sur la table aussi la question de faire du cofinancement de certaines disposition de lutte anti-radicalisme en suggérant un récipient, un outil neutre qui ne soit ni communautaire, ni régional, ni fédéral – par exemple la Fondation Roi Baudouin. Pour cela, on n'a pas encore de réponse précise, mais, voilà, tout est sur la table."

Bref, les questions sur la table étaient nombreuses ce mercredi, mais la plupart sont restées sans réponse. Mise en pratique du port du bracelet électronique, réforme fiscale du fédéral, financement des hôpitaux, formation et reconnaissance des imams... Autant de dossiers remis à plus tard.

Un bilan "trop mince"

Les prochains mois apporteront-ils donc des avancées ? "En tout cas, la volonté qui exprimée par l'ensemble des participants, ministres-présidents et Premier ministre est d'avancer", ajoute Rudy Demotte.

Le socialiste a malgré tout dit regretté "le trop mince bilan des suites apportées par le fédéral à la concertation tant souhaitée", soulignant qu'en sept réunions du comité de concertation depuis mars et qu'elle se sont résumées "à un échange d'informations concernant ce qui est fait par les uns et les autres, et n'ont toujours pas abouti à des véritables collaborations concrètes".

Notons que le comité de concertation a tout de même avalisé le récent accord belge de répartition de l'effort climatique et les engagements qui en découlent pour l'horizon 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK