Crispations et discussions autour de l’HoReCa lors du comité de Comité de concertation de ce mercredi

Un nouveau Comité de concertation a débuté ce mercredi matin. Alors que les vacances de Pâques touchent à leur fin, il s’agit de faire le point sur les mesures sanitaires en place et leur adéquation par rapport aux chiffres de l’épidémie de coronavirus. Certains points comme la levée de l’interdiction des voyages non-essentiels ou la réouverture des écoles semblent acquis. En revanche, l’incertitude reste de mise dans beaucoup d’autres domaines.

Les voyages non-essentiels plus interdits après le 18 avril ?

Jusqu’à présent, les voyages non-essentiels sont interdits pour les citoyens belges. Cette interdiction, prolongée à plusieurs reprises par le Comité de concertation, expire le 19 avril, sauf renouvellement d’ici là de l’Arrêté ministériel en vigueur.

En octobre 2020, les 27 Etats membres de l’Union européenne ont décidé de ne pas interdire les voyages non-essentiels, mais plutôt de les décourager. En janvier, la Belgique a mis en avant le risque sanitaire pour interdire ces voyages. Depuis la prise de cette décision, la Commission européenne a demandé à la Belgique de se justifier, estimant cette interdiction de voyages disproportionnée.

Aujourd’hui, du côté du gouvernement, plus personne ne semble s’accrocher à l’interdiction des voyages non-essentiels. Dimanche, le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, sur la chaîne de télévision VTM, a laissé entendre dimanche que cette mesure, contestée par l’UE, ne serait pas prolongée. "Mais il y aura des contrôles et des sanctions pour les personnes revenant d’une zone rouge sans se faire tester", a-t-il prévenu.

La fin de l’interdiction de voyages pour des raisons non essentielles ne signifierait donc pas pour autant une liberté absolue…

L’enseignement : vers la réouverture des écoles sous conditions ?

Mais ce Comité de concertation, à quelques jours de la fin des vacances scolaires, doit surtout faire le point sur les mesures prises, avant les vacances, dans les écoles.

Pour rappel, les cours ont été suspendus une semaine avant les congés de Pâques. Le port du masque a aussi été imposé, dès la cinquième primaire.

Toujours ce dimanche, le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke est parti du principe que les cours reprendront le 19 avril. "Cela a toujours été une priorité. La semaine de congé supplémentaire avant les vacances de Pâques faisait exception", a-t-il déclaré. Il n’a toutefois pas précisé quelles seraient les modalités de cette reprise des cours.

Lundi, sans attendre le Comité de concertation, le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA) a déjà annoncé que les écoles flamandes rouvriront le 19 avril. En Flandre, l’enseignement resterait hybride, pour partie en présentiel et pour partie à distance, à partir de la troisième secondaire. Pour toutes les années inférieures, les élèves iront à l’école.

Du côté francophone, des discussions sont en cours, et auront encore lieu ce mercredi pour affiner la position de la Fédération Wallonie-Bruxelles par rapport à cette question de la réouverture des écoles.

Dans tous les cas, ce n’est qu’après le Comité de concertation que tout sera confirmé.

Les commerces non-essentiels, les métiers de contacts non médicaux : les mesures actuelles courent jusqu’au 25 avril

Pour les commerces non essentiels, le dernier Comité de concertation les avait obligés à refermer leurs portes dès le 27 mars. Ces commerces pouvaient encore servir leurs clients, soit en "click & collect", soit sur rendez-vous et dans des conditions strictes, notamment un nombre maximum de 50 clients, selon la superficie du magasin. Une levée de ces mesures à partir du 26 avril est sur la table du Comité de concertation.
 

Les métiers de contact non médicaux avaient eux aussi fait l’objet de nouvelles mesures restrictives lors du dernier Comité de concertation. Ils avaient dû, à nouveau, fermer leurs portes dès le 27 mars. Une réouverture de ces commerces, probablement à partir du 26 avril, devrait être discutée, ce mercredi, lors du Comité de concertation.

Le couvre-feu national : maintenu ou pas ?

Un couvre-feu est toujours en vigueur à l’échelle nationale, de minuit à cinq heures. Le point devrait aussi être discuté, mais rien n’est certain à ce stade quant à une levée ou pas de cette interdiction d’être sur la publique la nuit.

Plan "plein air", Horeca : l’énorme incertitude

En adoptant cet ensemble de mesures restrictives, au cours des derniers Comités de concertation, les autorités ont toujours déclaré qu’il était impossible à ce moment de prévoir une date pour la réouverture des établissements du secteur Horeca. On espérait tout au plus, si l’évolution de l’épidémie le permettait, rouvrir le 1er mai. Aucune garantie n’a jamais été donnée. Ces derniers jours, une ouverture à cette date semble bien compromise. Entre ceux qui préconisent une réouverture des terrasses le 1er mai, ceux qui souhaitent encore attendre jusqu’au 15 mai, on peut s’attendre à des discussions complexes à la table du Comité de concertation.

Même chose pour le plan "plein air", qui devrait ouvrir la voie à des rassemblements à l’extérieur, à des activités en plein air en groupe, interdites jusqu’à présent. Rien, à ce stade, ne permet d’avancer une quelconque date pour des assouplissements.

JT du 14/04/2021 – Mesures sanitaires : qu’attendre du Comité de concertation

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK