Le chômage ne favorise pas l'activation des chômeurs

Les chercheurs plaident pour une baisse plus rapide des allocations et pour davantage d'investissement dans l'accompagnement actif des chômeurs. Joep Konings et Damiaan Persyn se sont demandés pourquoi, alors que l'économie se redresse lentement après la crise, les offres d'emploi ne trouvent que difficilement preneurs.

Il ressort de leur étude que des chômeurs qui restent trop longtemps sans emploi ont tendance à perdre leurs aptitudes, à se décourager et à faire moins d'efforts pour chercher un emploi, risquant ainsi de ne plus pouvoir s'extirper du chômage.

L'étude estime encore que le système belge, qui prévoit un versement d'allocations de chômage illimité dans le temps, contribue à ce que des offres d'emploi restent vacantes. A l'inverse, la formation aurait un impact positif.

Les chercheurs louvanistes plaident dès lors pour la mise en place d'un système dans lequel les allocations de chômage baisseraient davantage et plus rapidement en cas de chômage de longue durée. En compensation, des moyens supplémentaires seraient consacrés à un accompagnement actif, sur-mesure, des demandeurs d'emploi.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK