Le cdH veut que l'écart entre écoles libres et officielles soit résorbé

Afin de faire face à la pression démographique, de nouvelles écoles doivent être construites en Fédération Wallonie-Bruxelles. A ce titre, les humanistes demandent un financement à parts égales des infrastructures scolaires du libre et de l'officiel subventionné. Il réclame également que soit poursuivi le rattrapage des subventions de fonctionnement du libre, comme l'impose le Pacte scolaire et conformément à ce que l'ex-PSC avait obtenu dans les accords de la Saint Boniface en 2001.

Les écoles libres, catholiques ou autres, doivent recevoir une subvention par élève équivalente à 75% de la dotation accordée aux écoles du réseau officiel. De 40%, à la fin des années 1990, la part est arrivée aujourd'hui à 62%. Pour le cdH, l'effort doit se poursuivre.

"Je le dis solennellement: c'est quoi cette vision qui consiste à freiner un réseau alors que la demande de places augmente? On exige de l'école qu'elle monte l'Everest. Certains voudraient que ce soit sur une seule jambe. C'est profondément stupide. Le cdH sera le premier de cordée pour une école juste et efficace", a lancé Benoit Lutgen lors de la Journée des familles de son parti.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK