Congrès cdH "dépasser le développement durable" pour un "développement humain"

Le cdH veut "dépasser le développement durable" pour un "développement humain" (2)
Le cdH veut "dépasser le développement durable" pour un "développement humain" (2) - © Tous droits réservés

Le centre démocrate humaniste (cdH) a affiché sa volonté, lors d'un congrès à Louvain-la-Neuve samedi, de "dépasser le développement durable" pour privilégier le "développement humain". S'il a veillé à se distinguer de son rival Ecolo, le président du parti centriste, Benoît Lutgen, a aussi répété ses critiques contre les "conservatismes de droite comme de gauche".

Le parti a présenté samedi à quelque 1.300 militants une "charpente idéologique" - réalisée en grande partie par son centre d'étude, le CEPESS - qui doit servir de base à l'élaboration de propositions concrètes d'ici aux élections de mai 2014.

Benoît Lutgen a mis l'accent notamment sur la fiscalité, appelant à un "nouveau pacte fiscal" basé sur un impôt des sociétés à 25% et la suppression d'une "quarantaine de niches fiscales". Il refuse à la fois "la rage taxatoire" et "la complaisance des autres face à la spéculation".

Il a dénoncé aussi "la sur-réglementation de la vie en société". "89.000 pages de réglementations serrées ont été publiées au Moniteur pour la seule année 2012. Ce chiffre peut paraître anecdotique, mais il est le symbole d'une complexité sans nom. Une complexité qui vire à l'opacité et donc, pour moi, au déni de démocratie".

Le président du cdH n'a pas ménagé ses effets rhétoriques pour insister sur la spécificité de son parti. "Je ne vous inviterai pas le 1er mai pour un défilé de majorettes suivi d'un barbecue. Je ne vous invite pas à venir crier haro sur les patrons en entonnant des chants de lutte hérités d'un passé révolu", a-t-il lâché.

L'humain au centre

L'humain est au cœur du projet du cdH, a-t-il répété. "Productivisme et matérialisme vont de pair, comme libéralisme et socialisme. Je ne veux plus de cette représentation matérialiste du bonheur".

Face à "un modèle ultra consumériste qui nous fait péter des bulles financières à la figure", il estime que "nous ne pouvons plus vivre au-dessus de nos moyens budgétaires, humains, de nos ressources naturelles".

Le cdH ne veut pas pour autant du développement durable cher à Ecolo. "Le développement durable est réducteur", a dit Benoît Lutgen. "L'environnement est un moyen pour apporter du développement humain, mais n'est pas un objectif en soi".

Ainsi, par exemple, si le cdH veut lutter contre l'étalement urbain à l'instar d'Ecolo, il entend le faire de façon différente. "Ecolo avait abordé les choses en supprimant toute une série de soutiens", dit-il. Le cdH veut plutôt le faire "en dialogue avec les communes", et "pas par le bâton".

Le congrès de samedi, au cours duquel les militants ont pu voter sur une série d'orientations, lancera un processus participatif qui doit déboucher sur le programme concret du parti pour les élections européennes, législatives et régionales.

Ce travail sera mené en collaboration avec le CEPESS, le centre d'étude du parti, que Benoît Lutgen a nettement renforcé depuis qu'il a succédé à Joëlle Milquet rue des Deux Églises. Le président insiste sur ce rôle de "laboratoire d'idées", qu'il dit préférer à "l'agitation médiatique".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK