Le cdH tombera-t-il dans une opposition complice au fédéral?

"L'approche sera similaire, constructive, et nous resterons bien sûr vigilants", assure la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck.
"L'approche sera similaire, constructive, et nous resterons bien sûr vigilants", assure la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck. - © BRUNO FAHY - BELGA

Le dernier comité de concertation n'avait pas duré bien longtemps : vingt-cinq minutes où l'alors toujours ministre-président Paul Magnette (PS) se retrouvait "dans la situation un peu surréaliste de devoir défendre des points du cdH contre le MR alors que le cdH veut créer un gouvernement avec le MR".

Le PS aujourd'hui mis hors-jeu et la majorité MR-cdH officialisée en Région wallonne, les prochains comités de concertation ne seront-ils désormais qu'une formalité sur le plan wallon ?

Les rapports seront certainement plus évidents, analyse le politologue Pierre Vercauteren, également professeur à l'UCL Mons. "Si l'on prend le cas des négociations budgétaires, parfois âpres en comité de concertation, il est clair qu'elles pourraient désormais s'adoucir, en tout cas pour ce qui concerne la Région wallonne. Et quand on sait que, l'argent, c'est le nerf de la guerre, ce devrait mieux se passer pour une grande partie des dossiers."

Reste que les humanistes sont toujours dans l'opposition au fédéral. Comment gérer désormais la relation avec l'adversaire dont on a pu dire tant de mal ces trois dernières années ? Et ce alors que la branche wallonne a sympathisé avec "l'ennemi"…

Le trouble dissociatif n'est pas loin pour le cdh. Sa mémoire, sa conscience et, surtout, son identité pourraient bien être mises à rude épreuve.

Le credo : "Une attitude constructive... comme avant"

Lors du bureau de parti cdH de ce mardi, la question a été abordée. Et après quelques débats, il semblerait que la fiche bristol ait été arrêtée : "On ne change rien ! Notre opposition restera constructive, comme elle l'a toujours été".

Autrement dit, tel qu'auparavant, le cdH s'opposera, s'abstiendra ou validera selon que le texte proposé par le gouvernement fédéral s'accorde ou non avec "les valeurs ou le programme" humanistes.

"L'allongement de la garde à vue est un exemple : nous l'avions voté, car nous sommes pour plus d'efficacité en matière de lutte contre le terrorisme, et c'était un moyen d'y parvenir", illustre Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH à la Chambre.

Mais sur le ton ? Les diatribes laisseront-elles place aux simples remarques ?

"L'approche sera similaire, constructive, et nous resterons bien sûr vigilants."

Oui, mais, sur le choix des mots, sur la sévérité des discours ? La réaction serait à nouveau la même devant un Marghemgate ou un Galantgate ?

"Un élément pourrait peut-être bien changer : le temps consacré à ces querelles qui alimentent un immobilisme idéologique. On va pouvoir faire bouger les lignes, aller vers des synergies positives."

On verra donc à l'essai…

Une opposition complice ?

"Nous nous sommes simplement dit qu'il était aujourd'hui peut-être possible d'avoir un débat apaisé, ensemble avec le MR, au fédéral aussi", rapporte pour sa part Clotilde Leal-Lopez, députée wallonne centriste, après le bureau de parti de mardi.

"On peut effectivement penser que la nouvelle situation pourra atténuer certaines critiques. C'est au fond comme dans tous les couples, chacun devra faire des concessions."

Mais cela va dans les deux sens, tient à préciser l'humaniste : le MR devra, lui aussi, composer avec ses personnalités multiples.

Certes. À ceci près qu'étant maintenant au pouvoir à la fois au fédéral et en Région wallonne, le MR n'aura pas à tarir d'opposition pour éviter de froisser son partenaire.

C'est bien le cdH qui risque l'opposition complice.

Et si certains députés confient vouloir rester sur la même ligne – "Ne vous attendez pas à ce que je change d'avis sur la prolongation du nucléaire !" –, d'autres admettent que la nature du jeu politique peut mener à des échanges de bons procédés entre les différents niveaux de pouvoir.

"Avant, il a pu arriver que nous basculions vers le refus d'un texte – texte qui pouvait peut-être nous convenir –, tout simplement parce que nous étions dans cette dynamique d'opposition forte", reconnaît la députée fédérale centriste Isabelle Poncelet, qui se dit aujourd'hui plus en accord avec les possibilités d'abstention ou d'approbation qu'offre la nouvelle position du cdH vis-à-vis du gouvernement fédéral.

"Mais rien ne changera sur notre manière de fonctionner : nous nous réunirons avant chaque séance plénière à la Chambre pour évaluer nos positions", précise la parlementaire.

Et des divergences pourront toujours apparaître entre les neuf députés humanistes. "Ça peut arriver, concède Catherine Fonck. Heureusement, nous ne sommes pas des copiés-collés. Nous ne sommes pas toujours d'accord, mais nous veillons simplement à garder une cohérence de groupe pour chaque vote."

Des consignes wallonnes ?

Cette cohérence pourrait-elle désormais s'élargir à la Région wallonne ? Les centristes du Parlement fédéral doivent-ils s'attendre à l'un ou l'autre coup de coude de leurs comparses wallons, voire même du MR lui-même ?

"Il y a certainement des échanges qui ont pu aller dans ce sens", nous répond simplement Isabelle Poncelet, sans en dire plus.

Du côté des libéraux, on assure ne pas mélanger l'un et l'autre. Bien que l'on évoque malgré tout un projet global, des "objectifs généraux".

"Franchement, je fais la distinction entre les deux. La loyauté qui nous unit est celle de l'accord que nous avons conclu", assurait ce mercredi soir le nouveau ministre-président wallon Willy Borsus (MR) sur le plateau de la RTBF

"Nous n'allons pas demander à l'opposition au fédéral de modifier sa position sur tel ou tel dossier", a-t-il ajouté. "Mais il me semble que sur les objectifs généraux – créer de l'activité, relancer notre Région, notre société –, est-ce qu'on ne peut pas en tout cas s'accorder sur un certain nombre d'objectifs ?"

Le trouble dissociatif du cdH finira sans doute par se soigner. Ses personnalités multiples, potentiellement incompatibles dans les rapports au MR, fusionneront peut-être. En toute cohérence et de manière constructive donc. Dans le même sens ? Tous ensemble ? Wait and see…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK