Le cartel CD&V / N-VA ne tient plus qu'a un fil

RTBF
RTBF - © RTBF

Difficile d'imaginer que ces deux partis puissent maintenir leur alliance après les événements de ces dernières 48 heures. La N-VA qui avait décidé dimanche de ne plus soutenir le gouvernement fédéral a claqué lundi, la porte du gouvernement flamand sous la pression des libéraux et des socialistes. Geert Bourgeois, unique ministre N-VA a donc démissionné. Mais il a aussi acté la mort du cartel ....

Silence assourdissant des francophones lundi après-midi et pour cause, la crise est dans le camp flamand cette fois. Et il semble obtenir ce qu'ils souhaitaient depuis longtemps : l'implosion du cartel CD&V-N-VA. 

Lundi matin, Kris Peeters et les francophones se rencontraient à la résidence d'Yves Leterme, en l'absence de celui-ci, pour tenter de remettre sur les rails le fameux dialogue entre communautés.

Compromis imaginé : plus aucune intervention du fédéral à l'avenir dans le dossier BHV. Reprise du dialogue à 12, sur base d'une page blanche, avec des résultats partiels possibles d'ici juin 2009. Telle est la copie qu'a présentée Kris Peeters à son gouvernement à la mi-journée.

Sans surprise, la N-VA a maintenu son refus de participer à ce dialogue communautaire sur les bases actuelles, en clair aucune confiance de la N-VA envers les francophones. Et sans surprise encore, Geert Bourgeois, ministre N-VA du gouvernement flamand, a démissionné.

Mais coup de théâtre, il a aussitôt acté la mort du cartel CD&V-N-VA. L'alliance est rompue. Conclusion : la N-VA ne soutient plus le gouvernement fédéral, elle lâche aussi le gouvernement flamand.

Numériquement parlant, devant leur parlement respectif, Leterme et Peeters vont tenir bon, mais au fédéral, le fait que la N-VA rejoigne officiellement l'opposition aura cependant pour conséquence qu'à la Chambre, le gouvernement fédéral n'aura plus de majorité dans le groupe linguistique flamand. Avec la N-VA, le CD&V formait aussi de loin le plus grand groupe à la Chambre. Sans la N-VA, il ne compte plus qu'un siège de plus que le MR, et la famille libérale (MR-Open VLD) devient du même coup dominante au Parlement, ce qui devrait fragiliser davantage encore Yves Leterme.  

Les premières vraies conséquences de la rupture du cartel ne devraient donc pas être visibles avant les élections régionales de 2009. 

Le CD&V souhaite continuer avec la N-VA

Pour lheure, si le cartel semble en état de mort clinique, personne ne veut en tout cas prononcer son décès. Le chef de groupe CD&V à la Chambre a d'ailleurs dit lundi soir  vouloir continuer à travailler avec la N-VA. Reste à voir comment. Le chef de groupe Servais Verherstraeten n'a pas pu dire comment il voyait cette future collaboration,  il a admis que la situation était difficile..

Leterme retarde son départ pour New-York :

Le Premier ministre Yves Leterme a retardé son départ pour New York, où il doit assister à l'Assemblée générale des Nations-Unies. Il a décidé de revoir les présidents des partis de la majorité fédérale. Il aurait déjà rencontré Didier Reynders pour le MR. Dans la soirée, il verra Elio Di Rupo pour le PS et Bart Somers pour l'Open VLD.De son côté, Groen demande au Premier ministre de venir s'expliquer à la Chambre la semaine prochaine. Les Verts veulent un vote de confiance pour le gouvernement.   

Consultez tous les articles à propos de cet épisode de la crise politique dans notre dossier: "La N-VA se retire (septembre 2008)

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK