Le carnaval est-il une affaire d'hommes ?

Le carnaval est-il une affaire d’hommes ?
Le carnaval est-il une affaire d’hommes ? - © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Gilles de Binche, Blancs Moussis de Stavelot, … Les femmes sont rares dans les cortèges folkloriques de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Rares, ou discrètes : les femmes de gilles par exemple, sont les travailleuses de l’ombre du carnaval de Binche : elles bourrent le gille, préparent son costume, portent ses oranges…Sans elles, rien n’est possible, mais on les voit peu.

Si certaines aiment ce rôle, d’autres se verraient bien avec le costume traditionnel, aux côtés des hommes. On a vu dans certaines sociétés de gilles des petites filles enfiler le costume. Mais à douze ans c’est terminé, car c’est inscrit dans la Convention de l’Unesco : le gille est de sexe masculin.

Faut-il respecter la tradition ou faire évoluer les choses et laisser aux femmes choisir leur rôle ? Des sociétés de gilles mixtes, est-ce envisageable, souhaitable ? Le débat sur le sexisme qui a agité la sphère médiatique ces derniers mois a-t-il une place au sein des organisations folkloriques ?

Un sujet au cœur de "Débats Première" présentée par Marie Vancutsem ce lundi 12 février de 12h à 13h sur La Première.

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK