Le Canada autorise l'importation de poires belges

Le Canada autorise l'importation de poires belges
Le Canada autorise l'importation de poires belges - © KURT MEERS - BELGA

Les autorités canadiennes ont donné leur feu vert à l'importation de poires belges. L'Agence fédérale de sûreté de la chaîne alimentaire (AFSCA) a été informée mercredi que son homologue canadienne, la CFIA, a jugé suffisantes les mesures phytosanitaires belges. De son côté, le Boerenbond demande des mesures européennes d'urgence, assurant que le secteur agricole et horticole flamand est en train de vivre une véritable annus horribilis en grande partie à cause de cet embargo.

Les poires belges pourront donc être vendues au Canada dès que les formalités administratives auront été bouclées. Au cours d'une période transitoire, toutes les quantités importées devront néanmoins être inspectées.

La question avait été évoquée la semaine dernière par le commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, en marge du sommet UE-Canada, avec les ministres canadiens Ed Fast et Gerry Ritz.

Frappée par un embargo russe, l'Europe est à la recherche de nouveaux débouchés pour ses fruits et légumes.

Le Boerenbond crie au secours, le secteur porcin très touché

Si des mesures d'urgence ne sont pas rapidement prises au niveau européen pour pallier aux effets négatifs qu'a l'embargo russe sur le secteur agricole et horticole flamand, cela va faire des victimes, a averti jeudi le président du Boerenbond Piet Vanthemsche au cours de la traditionnelle rencontre saisonnière ("nazomerontmoeting") du syndicat agricole flamand.

C'est dans le secteur porcin, dont l'embargo russe remonte à janvier, que la situation est la plus critique. Les prix de la viande porcine ont ainsi chuté de 23% depuis juin, les prix des porcelets ayant même diminué de 46%. "D'ici un mois, la volaille va certainement suivre le mouvement", avertit Piet Vanthemsche.

Selon le président du Boerenbond, "la solution sera européenne ou ne sera pas". "L'Europe a pour le moment une politique d'annonces mais ne prend aucune mesure pour trouver des marchés tiers aux produits restant sur le marché européen en raison de l'embargo russe", déplore-t-il.

Parmi les mesures prônées par le syndicat agricole, figurent notamment les restitutions à l'exportation qui consistent en un soutien financier aux exportateurs confrontés à un effondrement des cours sur les marchés internationaux. A long terme, la solution réside plutôt dans la conquête de nouveaux marchés d'exportation.

"L'embargo russe a chamboulé les marchés, ce qui a conduit à nous mettre dans une période d'incertitude", conclut Piet Vanthemsche, qui parle de "panique" parmi de nombreux éleveurs.

Dans ce climat d'incertitude, le Boerenbond n'a pu, pour la première fois lors de sa rencontre saisonnière, émettre d'estimation sur les revenus agricoles.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK