Le budget 2013 pour les rapatriements des illégaux "toujours suffisant"

Le budget pour les expulsions est presque épuisé
Le budget pour les expulsions est presque épuisé - © Archive RTBF

Réagissant à l'information publiée ce lundi matin par De Standaard et Het Nieuwsblad, la Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Maggie De Block affirme "que le budget de l'Office des Etrangers destiné au rapatriement lors de retour forcé est toujours suffisant". "La question des escortes de la Police pour ces rapatriements sera discuté ces prochains jours avec la cellule politique compétente", est-il ajouté.

Les quotidiens flamands affirment ce lundi matin que le budget annuel de la police pour les rapatriements forcés a déjà été presque entièrement consommé, et que la police fédérale a même dû reporter vendredi une procédure pour éviter de payer des compensations de week-end.

"Nous continuons à nous concentrer sur le retour volontaire qui, par rapport à l'année passée, a considérablement augmenté. Lors d'une décision négative de séjour, le retour volontaire est la manière la plus humaine pour retourner vers le pays d'origine. Mais le retour forcé reste bien évidemment possible", précise encore Maggie De Block dans ce communiqué. 
 
Et de conclure : "Les chiffres de retour des années précédentes montrent clairement que le retour en général augmente et que cela est essentiellement dû au retour volontaire. Le nombre de retours forcés, en 2013, reste plus ou moins équivalent à celui de 2012".  

Ce communiqué contredit quelque peu l'information de Belga qui annonçait ce lundi matin que : "Le cabinet de la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Maggie De Block concède l'existence de difficultés financières, dues selon la porte-parole aux nombreuses expulsions du premier semestre de l'année".

Le cabinet de la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet et la commissaire générale de la police fédérale Catherine De Bolle se réuniront cette semaine pour examiner le sujet.

RTBF 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK