Le bourgmestre de Vilvorde menace de ne pas collaborer au plan Canal de Jambon

 

Le "plan canal", soit le plan de lutte contre le terrorisme imaginé par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA), qui s'appelait plan "Molenbeek", élargi depuis à 8 communes ou sections situées près du canal à Bruxelles souvent citées dans les enquêtes actuelles anti-terroristes. Mais le bourgmestre de Vilvorde, le sp.a Hans Bonte, menace de ne pas collaborer au plan "sans moyens supplémentaires" pour sa police.

"Comme ministre de l'Intérieur, j'ai élaboré un plan pour Molenbeek qui sera dévoilé dans les prochains jours, où les autorités fédérales vont venir en soutien à la commune pour y compris en rue, y rétablir la loi et l'ordre". Le "plan Molenbeek" c'est le credo de Jan Jambon depuis les attentats de Paris de novembre, un plan élargi depuis à St-Gilles, Anderlecht, Koekelberg, Laeken, Bruxelles-Ville, Schaerbeek, St-Josse et Vilvorde en Brabant flamand, d'où de nombreux jeunes sont partis vers la Syrie.

Un plan d'action pour savoir qui sont vraiment les habitants, avec quels liens, quels sites sensibles, quelles menaces de radicalisme, quels circuits d'économie souterraine, quel type de criminalité. Côté cabinet de l'Intérieur, on confirme que le "plan" est prêt. Mais voilà certains bourgmestres tirent déjà le signal d'alarme. A Vilvoorde, le sp.a Hans Bonte demande de l'argent supplémentaire - un million d'euros - pour soutenir la police locale, Vilvorde ne bénéficie en effet pas de la même enveloppe que les communes bruxelloises. Sans cela pas de collaboration, ni de partage des infos.

Du côté du cabinet Jambon, on promet que les moyens suivront. Mais de moyens supplémentaires, il est aussi question entre départements du gouvernement fédéral, 400 millions d'euros avaient été annoncés après les attentats de Paris, des moyens réclamés tant par l'Intérieur, que la Défense, la Justice. Aucun partage pour le moment, l'arbitrage viendra plus tard, notamment lorsque les députés en Commission antiterrorisme auront listé les priorités en termes de lutte contre le radicalisme et le terrorisme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK